Connectez-vous S'inscrire

ALEX BEAUPAIN - Pourquoi battait mon coeur

Sortie le 12 avril 2011




ALEX BEAUPAIN - Pourquoi battait mon coeur
Depuis que « Les Chansons d’amour », de Christophe Honoré, est devenu le film d’une génération, Alex Beaupain occupe une place à part dans la chanson française. C’est son premier album, «Garçon d’honneur» (2005), qui avait inspiré le scénario du film, et dont les titres se succèdent à l’écran. Leur romantisme à la fois aérien et cru a comblé un manque. La chanson d’amour, genre menacé soit par l’anecdote soit par le sentimentalisme, a retrouvé, avec lui, une intensité, un lyrisme et une vitalité qui semblaient perdus. De même, c’est devant les fans du film, affluant à ses concerts, émus et reconnaissants, qu’il a trouvé quel interprète, quel chanteur il serait. «33 Tours», son deuxième album (2008), est sorti dans le sillage de cette révélation, comme une suite, et s’est mélangé naturellement sur scène aux morceaux des « Chansons d’amour ».

Aujourd’hui, Alex Beaupain s’émancipe, mais dans la fidélité. D’un côté, il a écrit et composé les chansons des « Bien-aimés », le prochain Honoré, avec, entre autres, Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, Ludivine Sagnier et Louis Garrel. De l’autre, voici «Pourquoi battait mon cœur», un troisième album qui n’appartient qu’à lui. Seul le titre «Avant la haine» rappelle le cinéma : à l’origine destiné à l’album «Garçon d’honneur», on pouvait l’entendre, interprété par Romain Duris et Joana Preiss, à la fin de « Dans Paris » (2006). Objet d’un culte secret depuis lors, ce duo est cette fois chanté non avec une actrice, mais avec Camélia Jordana : «Comme elle a une voix puissante et que je chante de façon plutôt douce, les rôles sont inversés, c'est un peu moi qui fait la fille", s’amuse Alex Beaupain.

Une légèreté nouvelle éclaire l’album. Depuis ses débuts, l’élégance d’écriture d’Alex Beaupain tournait autour d’une brisure originelle, d’un deuil – cette histoire vraie se laisse largement deviner à travers « Les Chansons d’amour ». «Pourquoi battait mon cœur» inaugure une période différente, affranchie des fantômes. Si tristesse il y a, elle est celle des élans qui retombent («Un culte insensé»), des ruptures consommées («A nos amours»), des séparations annoncées («Ciel de traîne»). Mais d’abord, il y a l’ivresse de la fusion, l’idéal que seul l’être aimé, l’autre, peut incarner - «De tout sauf de toi», «Je réponds toi».

Le partage se précise entre les sentiments et le sexe, qui est la source d’inspiration des titres les plus pop, les plus rythmiques – «Sur toute la ligne», «La Nuit promet», d’un hédonisme débridé. Un nouveau réalisateur, Jean-Philippe Verdin, venu de l’électro, entraîne Alex Beaupain sur cette pente festive, mais toujours un peu fêlée, et qui appelle la scène. Ces chansons-là esquissent son manifeste libertaire à lui, son geste politique, en quelque sorte.

Pour le reste, l’album dit plutôt son refus poli de la chanson engagée. Refus paradoxal, car le monde et l’époque sont bien là : «Je réponds toi» exprime un dégoût pour les normes et les valeurs dominantes. «Au départ» raconte la trajectoire de la gauche au pouvoir de 1981 à 2002, mais c’est aussi l’histoire d’un amour qui s’use, d’une illusion perdue. "C'est une chanson d'amour de gauche qui dit qu'en amour comme en politique, tout commence par un immense espoir pour finir par une cohabitation".

La chanson qui donne son titre à l’album, «Pourquoi battait mon cœur», est celle qui le résume le mieux. Energique et mélancolique, elle parle du tourbillon de la vie et de la confusion des sentiments. Elle donne congé aux souvenirs («La mémoire, vois-tu, je n’y tiens plus ») mais garde le tempo de l’amour en fuite. C’est une chanson sur les temps qui changent, une chanson de vertige : «Allons regarde toi, ce doit être une erreur, ce n’est sûrement pas ça, pourquoi battait mon cœur.»

ALEX BEAUPAIN DÉJÀ EN CONCERT:

01/04/11 // Châteaubriant (44) // Théâtre de Verre
05/05/11 // Belfort (90) // Le Granit
06/05/11 // Massy (91) / CC Paul Bailliart
23/05/11 // Paris (75) / Cigale
27/05/11 // Cavaillon (84) / Grenier à Sons

Jeudi 10 Mars 2011 - 19:00



Nouveau commentaire :

sur cette page