Connectez-vous S'inscrire

ARCHIMEDE - Trafalgar

VENDREDI 9 SEPTEMBRE @ LA MACHINE DU MOULIN ROUGE - 22H00-05H00




« Si vous avez adoré comme moi le premier album d'Archimède, avec les hits L'été revient ou Fear facteur, vous connaissez le principe : tout corps plongé dans les riffs de Fred et les mots de Nico en ressort réjoui, inondé d'une nouvelle foi dans la pop française, ou plutôt franglo-saxonne.
Il est un fait que les deux frangins de Laval, dandies sans être poseurs, avaient signé en 2009 un premier album sans erreur, quelque part entre Oasis et Jacques Dutronc.

Si par malheur cet opus initial vous avait échappé – personne n'est parfait – sachez simplement que les deux gars ont un don, rarissime dans nos contrées : chacune de leurs chansons est un pur bijou, une merveille de pertinence, d'humour et d'intelligence, portée par une mélodie instantanément mémorisable, dès le second refrain l'auditeur le reprend en chœur, le visage fendu par un large sourire.

Et les voilà, dans la foulée du single Le Bonheur, qui publient "Trafalgar".

Or, selon un cliché qui a la peau dure, bon nombre de groupes pop ont souffert du syndrome dit du "difficile deuxième album".

Genre, ils ont tout donné dans le premier, comme la crème de la crème de leurs années d'apprentissage et de galère, et ils sont à sec pour le second.

Alors là, dans le cas d'Archimède, laissez-moi me gausser : ah-ah-ah !

Parce que "Trafalgar", réalisé comme le précédent par Philippe Paradis, et mixé par Jeff Delors, est encore plus fort que le premier, qui avait pourtant déjà été salué comme l'un des plus épatants albums pop made in France des années 2000. Carrément.

Tiens, à propos de made in France : les frères Boisnard continuent héroïquement le combat. À l'heure où la majorité des groupes frenchies braillent en angliche, ils défendent sans faille leur langue maternelle, fermement vissée dans la joue, of course. Tout en assumant à 100% leurs influences musicales, qui viennent pour la plupart de l'autre côté de la Manche. D'où le titre "Trafalgar", référence à une bataille navale fameuse, en 1805, où les Anglais nous avaient filé une raclée ; il n'est jamais trop tard pour se venger...

Depuis le premier album, Archimède a donné une centaine de concerts. Des festivals, mais surtout des tournées en tête d'affiche, y compris quatre concerts en Amérique centrale (Guatemala, San Salvador, Panama, Honduras) pendant la Coupe du Monde.

Tout ça en bossant sur "Trafalgar". Le plus souvent, Fred compose, structure, travaille les arrangements ; Nico trouve la ligne de voix, puis cisèle les paroles. Comme l'un et l'autre sont carrément balèzes, et qu'une féroce émulation fraternelle les motive (une autre fois, je vous parlerai du frère aîné, qui a largement contribué à leur éducation musicale) l'alchimie est totale, le résultat étincelle, met en joie, galvanise, même les moches, même les rousses ! »

Gilles Verlant

Lundi 5 Septembre 2011 - 20:10



Nouveau commentaire :

sur cette page