Connectez-vous S'inscrire

Across the Universe

Sortie le 28 Novembre 2007




Une histoire d'amour dans les années 60, au coeur des manifestations anti-guerre, des voyages spirituels et du rock'n roll, qui part des docks de Liverpool vers le psychédélique Greenwich Village, des émeutes de Détroit aux champs de bataille du Vietnam. Jude et Lucy sont plongés, avec des groupes d'amis et de musiciens, dans le tumulte des années anti-guerre et des révolutions culturelles, guidés par "Dr Robert" et "Mr Kite". Jude et Lucy sont la proie des forces tumultueuses qui secouent l'époque et vont les obliger à se trouver eux-mêmes pour se retrouver l'un l'autre...

L'empreinte des Beatles
"L'idée de départ était de créer un film musical original reposant uniquement sur les chansons des Beatles, explique la réalisatrice Julie Taymor. Ces chansons sont un reflet absolu de l'époque intense qu'ont été les années 60. A travers les chansons d'amour ou celles qui sont plus politiques, le film et sa musique ne devaient pas juste refléter le microcosme de quelques individus, mais plutôt la richesse des événements et de l'esprit de cette période à l'échelle mondiale."

Quatre garçons dans le film
Afin de coller à l'univers des Beatles, le titre du film et la plupart des noms des personnages proviennent des chansons du groupe britannique comme Jude (Hey Jude), Lucy (Lucy In The Sky with Diamonds), Sadie (Sexy Sadie), Jojo (Get Back), ou Prudence (Dear Prudence).

Blind test
Sur près de 200 chansons écrites par les Beatles, 33 sont utilisés dans le film. Parmi elles on peut trouver All you need is love et Strawberry fields Forever ("Magical Mystery Tour"), I've just seen a face ("Help"), Blackbird, Dear Prudence et Why don't we do it in the road ("Album Blanc"), With a little help from my friend ("Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band"), I want you, Oh Darling ("Abbey Road"), Hey Jude ("Revolutions"), Don't let me down ("Get Back"). Saurez-vous reconnaître les autres ?

Invités de prestige
Parmi les seconds rôles de prestige invités pour le film on trouve Bono, le chanteur de U2, qui a passé deux jours sur les plateaux de tournage alors qu'il chantait le soir même au Madison Square Garden dans le cadre d'une tournée mondiale. Sincèrement impliqué dans le projet, il a tenu à participer à l'écriture de son personnage. Le spectateur attentif peut également apercevoir Joe Cocker qui apparaît plusieurs fois dans des rôles différents.

Bonne copine
Actrice principale dans Frida, le précédent film de Julie Taymor, Salma Hayek apparaît également dans Across the universe pour entonner la chanson Happiness is a warm gun sous les traits d'une sulfureuse infirmière.

A la scène comme à l'écran
La réalisatrice Julie Taymor est une spécialiste des spectacles musicaux puisque c'est elle qui a conçu et mis en scène la comédie musicale inspirée du Roi Lion de Disney.

350 rôles dansants
Le film compte en tout près de 350 rôles dansants, ce qui a constitué un véritable défi pour les chorégraphes.

Trois enregistrements en un
Les acteurs ont commencé par préenregistrer leurs chansons afin d'avoir une idée de la façon dont ils allaient les chanter et de fournir une copie de leur performance pour le montage son. Durant ces sessions, les acteurs ont fait trois enregistrements de leurs chansons : un avec un micro de studio, un autre avec un microphone monté sur perche comme celui utilisé sur le tournage et une dernière avec un micro cravate sans fil aussi utilisé sur les plateaux.

Vintage
Pour rendre les nouvelles versions des chansons plus authentiques, les musiciens ont enregistré sur du matériel d'époque, sur des bandes analogiques avec de vieux microphones.

Souci de vraisemblance
L'équipe du film a tenu à ce que l'utilisation des chansons dans le film soit vraisemblable comme l'explique l'ingénieur du son, Tod Maitland : "La plupart des films musicaux alternent dialogues et chansons. Comme pour beaucoup d'acteurs, la voix chantée est très différente de la voix parlée, il est parfois nécessaire d'enregistrer les chansons en studio deux ou trois mois avant le tournage, ce qui a tendance à vous couper du film. Avec Across the universe, nous voulions que les transitions entre les dialogues et les chansons se fassent naturellement, et sans différence de son pour ne pas donner un sentiment de rupture. De plus, les paroles des chansons servent de dialogues et entendre la voix des acteurs en direct alors qu'ils jouent en même temps rendait les scènes plus intéressantes et vivantes."

Jeudi 23 Octobre 2008 - 20:53



Nouveau commentaire :

sur cette page