Connectez-vous S'inscrire

Album de Al Green - Lay It Down

Sortie le 26 mai 2008




“Lay It Down”, le nouvel album d’Al Green, porte bien son titre. Elaboré comme une collaboration entre la légende de la soul et une poignée de jeunes admirateurs issus du R&B et du hip-hop contemporains, cet album est né de séances au cours desquelles il a enregistré quelques-unes des chansons les plus funky et romantiques de sa carrière. Le disque est le résultat d’une jam à l’ancienne revigorante, chacun contribuant simplement à la musique, face à face, les yeux dans les yeux.

“Lay It Down” permet d’entendre les voix sophistiquées de singer-songwriters du R&B parmi lesquels John Legend, Anthony Hamilton et Corinne Bailey Rae. L’album a été coproduit par deux des musiciens les plus novateurs du hip-hop actuel, le batteur Ahmir “?uest Love” Thompson des Roots, et le claviériste James Poyser, l’ “homme à tout faire” d’artistes de renom allant d’Erykah Badu à Common. Il ne faut pas oublier de mentionner les fameux Dap-King Horns de Brooklyn (Sharon Jones, Amy Winehouse), le guitarist Chalmers “Spanky” Alford (Mighty Clouds Of Joy, Joss Stone) et le bassiste Adam Blackstone (Jill Scott, DJ Jazzy Jeff), tous membres de cette dream team de la soul moderne qui s’est mise au service d’une des voix les plus expressives du paysage musical actuel.

“Nous avons participé à ce projet car nous adulons Al Green, confirme ?uestlove. Aujourd’hui encore, personne ne chante comme lui.”

Al Green, en personne, a estimé que ce projet pourrait lui permettre d’entrer en contact avec de jeunes artistes, de la communauté hip-hop notamment, afin de trouver avec eux un terrain d’entente musical, et qu’ils l’aident à faire passer son message d’amour “avec un grand A”, comme il le décrit lui-même. Green s’est littéralement plongé dans l’univers des Roots, enregistrant des titres avec eux à New York. Ces jeunes collaborateurs ont vécu cette expérience comme une opportunité de se mettre dans sa tête, transformant les séances en une master class sur la manière de créer le son sublime et éternel d’Al Green.

Comme il le dit lui-même : “Ils n’ont pas voulu trop m’éloigner des fondations du son que Willie Mitchell et moi avons élaboré dans des titres tels que ‘Call Me’ , ‘I’m Still In Love With You’ ou ‘Let’s Stay Together’. Néanmoins, ils tenaient à ce que je sonne comme en 2008. Le but était de conserver mon esprit musical tout en leur laissant assez de liberté pour s’exprimer. Les Roots et tous ces types qui sont venus de Philadelphie ont été incroyables. Je ne me suis pas inquiété car je savais qu’ils étaient à la hauteur. Ils avaient tous des idées et se sont mis au service de la musique.”

Tout a commencé en 2006, lorsque ?uestlove et Poyser ont arrangé une rencontre aux mythiques Electric Lady Studios de Manhattan (New York) : “Quelle séance ! se souvient Al Green. Ensemble, proposant chacun un refrain, un couplet ou un pont, nous avons esquissé huit chansons pour démarrer le projet. Il n’y a pas eu l’ombre d’un problème d’ego, nous avons composé comme dans un rêve.”

Neuf des onze chansons du disque sont nées ce jour-là. Le reste des séances s’est étalé sur les deux années suivantes, Al adaptant son planning aux disponibilités des artistes avec lesquels il souhaitait collaborer. L’enregistrement de “Lay It Down” s’est déroulé dans l’esprit de la première séance, les musiciens échangeant des idées, écrivant un bout de texte par ci, des bribes de mélodie par là. Al Green, lui-même, a chanté beaucoup des parties de cuivres ou de cordes pour guider les musiciens. “C’est comme ça que je travaille, admet-il, et que j’ai toujours travaillé d’ailleurs. Ce qu’on écrit vient de là (il se tape sur le cœur). C’est ce qu’on fait tous les dimanches à l’église… Si vous ne pouvez pas faire de sermon, c’est que vous n’avez rien à dire. Cet album vient du cœur.”

“Travailler avec Al Green, que j’ai toujours aimé et admiré, a été un honneur, dit John Legend. C’est un des monuments de l’histoire de la musique noire et de la pop. Al est vraiment un chanteur magique.”

Legend est venu en studio pour chanter sur une chanson que le groupe avait préparée, mais dès qu’il a entendu un rough mix de “Stay With Me (By The Sea)”, écrite par Al et Corinne Bailey Rae, et qui illustre à merveille “Lay It Down” selon lui, il a eu envie de proposer ses services. “Nous la chantons finalement à trois, explique Al Green. C’est une chanson personnelle à propos de ma vie, mais tout le monde peut ressentir ce que je ressens.”

Al Green a été très impressionné par le fait que Corinne Bailey Rae vienne de si loin (Londres) pour chanter avec lui. Elle-même a été honorée de participer au disque : “J’ai vraiment été élevée au son de la voix d’Al Green, si caractéristique, si fluide.” Al se souvient qu’elle s’est mise au travail dès son arrivée : “C’est une petite chose minuscule avec une grosse guitare, précise-t-il. Elle a joué, chanté et les musiciens l’ont rejointe. Elle a écrit un couplet, j’ai écrit le suivant et nous avons composé le pont ensemble.”

Hamilton et Green sont responsables des chœurs gospel qu’on peut entendre sur la chanson-titre, au groove particulièrement brûlant, et la paire est également mise à contribution dans “You’ve Got The Love I Need”. “C’est bon de l’entendre” dit Hamilton à propos d’Al Green, qui lui retourne le compliment : “Sur ses disques, Anthony chante toujours à propos du fait de procurer du plaisir à sa compagne, qu’elle soit heureuse, qu’ils soient ensemble. Je fais des sermons depuis trente ans et je me suis dit ‘OK, plus on a besoin de l’autre, moins on voit de différence entre nous.’ Il faut profiter de la chance que procure l’amour. Je sais qu’il y a des gens pleins de haine dans le monde, capables de vous briser le cœur en une seconde, mais celui qui veille sur nous, là-haut, dit qu’il faut prendre sa chance. Mieux vaut avoir le cœur brisé que de n’avoir jamais aimé.”

A propos de ces collaborations, Al Green déclare : “Je ne vois pas ce que j’aurais pu exiger de plus de Corinne, Anthony et John sur cet album. Ils y ont participé du meilleur cœur qui soit. Et lorsque des gens s’investissent de la sorte, je ne peux pas faire moins que de donner le meilleur également.” Al Green en fait même davantage sur le titre final, “Standing In The Rain”, dans lequel il revisite la soul classique de Memphis et délivre le type de message qu’il tient à laisser derrière lui, aux fans loyaux qui le suivent depuis toutes ces années et aux plus jeunes susceptibles de découvrir sa musique.

“ ‘Se tenir debout sous la pluie’ signifie que tout ne va pas toujours bien, conclut Al Green. J’ai eu mon lot de chagrins, j’ai traversé des épreuves, vécu toutes ces choses qui vous empêchent d’aller de l’avant. Mais je les ai toujours refusées, en bloc !”



“Lay It Down” reflète cette conviction. Même s’il chante à propos de ses propres tribulations, Al Green ne souhaite qu’apporter une réponse aux nôtres : ce fameux amour, avec un grand A.

Lundi 5 Mai 2008 - 17:38
sur cette page