Connectez-vous S'inscrire

Album de Georges Moustaki - Solitaire

Sortie le 5 mai 2008




En mai 2008, Georges Moustaki chante à l'Olympia - une étape parmi d'autres dans un never-ending tour à la Bob Dylan qui le voit, chaque année, se produire partout en France et à l'étranger, fidèle à sa qualité de citoyen du monde, qui lui fut offerte à sa naissance, à Alexandrie.

Parfois, des gens qui connaissent mal Moustaki l'imaginent en éternel oisif, vivant en ermite sur l'Île Saint-Louis, se contentant de publier un album tous les trente-six mois. Puis ils se penchent sur son emploi du temps et s'aperçoivent qu'il est tout le temps sur les routes.

En mai 2008, Georges Moustaki publie un nouvel album intitulé "Solitaire", réalisé par Vincent Ségal, enregistré et mixé par Djoum à Bruxelles, au studio I.C.P.


"Solitaire" est donc réalisé par Vincent Segal, la moitié de Bumcello, le violoncelliste de -M-, l'aventurier insaisissable que l'on a vu aux côtés de Brigitte Fontaine, Agnès Jaoui, Elvis Costello, Laurie Anderson, Dick Annegarn, Franck Monnet, Cesaria Evora, Vanessa Paradis, Susheela Raman, Oshen ou le Sacre du Tympan…

"Solitaire" s'ouvre sur Le Temps de nos guitares, qui rend hommage - sans les citer tous, mission impossible - à ceux qui, armé de leur seule guitare, cette machine qui tue les fascistes, comme disait Woody Guthrie, ont changé notre vie. On y croise Dylan, Brassens, Brel, Aufray, Salvador, et même Gainsbourg ou Coluche.

"Solitaire", paradoxalement, est surpeuplé de gens de talent. Les musiciens de Georges, pour commencer : Toninho Do Carmo aux guitares, Luiz Augusto Cavani à la batterie, Francis Jauvain à l'accordéon. Puis des invités, tels Marcel Azzola à l'accordéon, Marco Arietas à la guitare, Sarah Murcia à la contrebasse, etc.

Puis il y a les duos. À commencer par Sans la nommer, chanson des années 1970 revisitée avec Cali, rencontré lors d'un concert de soutien, au printemps 2007, à Ségolène Royal. Il y est question, on s'en souvient, d'une jolie fleur du mois de Mai, que l'on traque et que l'on matraque, que l'on nomme révolution permanente…
Avec Vincent Delerm, Georges chante les charmes d'Une Fille à bicyclette, comme on en voit de plus en plus depuis l'instauration du Vélib, raison pour laquelle la chanson se conclut sur un clin d'œil au maire de Paris.

Avec Stacey Kent, il adapte Chico Buarque : Partager les restes évoque une rupture, entre douceur et acrimonie.

Ensuite, China Forbes, délicieuse chanteuse de Pink Martini, avec qui Moustaki rêvait de chanter depuis des années. Elle est présente sur deux titres : les reprises de Ma solitude, classique moustakien créé en 1967 par Serge Reggiani, et de Donne du rhum à ton homme…

De grands moments d'émotion attendent l'auditeur attentif. Sorellina, par exemple, chanson dédiée à l'une de ses sœurs, qu'il n'a pas vue durant des années malgré une tendresse indéfectible, enregistrée en une seule prise, au cœur de la nuit, en tout petit comité… Mélanie faisait l'amour, tendre portrait d'une femme qui aimait les hommes. La Jeune Fille, émouvant dialogue, dans lequel Moustaki réussit l'exploit de se glisser dans la peau d'une adolescente rebelle. Sans oublier Solitaire, la chanson qui donne son titre à l'album.

Olympia les 5 et 9 mai ! Duos avec Cali, Vincent Delerm, Stacey Kent, China Forbes (Pink Martini) - Album produit par Vincent Segall

Jeudi 10 Avril 2008 - 18:13
sur cette page