Connectez-vous S'inscrire

Album de USTHIAX - Bleu Palpitant

Sortie le 1er septembre 2008




L’enfant sauvage de Banon Il est tour à tour sauvage et délicat, impertinent et pertinent; Usthiax ne s’apprivoise pas, on l’écoute. En 30 années d’existence, il a peu à peu forgé son art de chanteur et de guitariste au contact d’un entourage qui marie littérature et musiques de toutes sortes. Il aurait pu être le fils d’un Dick Annegarn, Gabriel Yacoub ou Gérard Manset… Il est plus simplement celui d’un bibliophile mélomane exilé à Banon, campagne sauvage des Alpes de Haute Provence, où il grandit dans une maison meublée des instruments de musique les plus variés. Et puis ce père qui lui donne envie de jouer de la guitare, à 9 ans. Le mal est fait.

Du Québec à Marseille Usthiax aime les mots, leur sens autant que leur musicalité. Il entame donc des études littéraires. Mais il aime également partir, découvrir et se tester : il s’envole faire une partie de son cursus universitaire au Québec et se frotte ainsi à d’autres mots et à d’autres façons. Il revient finir ses études à Marseille, sur le bord de quelque chose comme il dit, et y réside depuis 2001. Tel un paysan des mots, Usthiax cultive avec rigueur et persévérance son amour du verbe et de la poésie. Il met ces derniers en scène à l’aide de mélodies qui lui ressemblent : touchantes, attachantes, simples et ciselées. Derrière une attitude un peu rude et une solitude apparente, il cache en définitive une sensibilité exacerbée, sensibilité qui transpire de ses textes et de la façon qu’il a d’interpréter les mots qu’il a écrits. Ces textes romantiques et plein de métaphores, habillés de musiques acoustiques ou puissamment électriques, ne cèdent à aucune mode particulière. Au travers de ses chansons, Usthiax se dépeint tel qu’il est, sans concession et avec une authenticité frappante. Marseille verra ainsi naître le fruit de ses premiers travaux accomplis : deux albums autoproduits, le premier éponyme en 2004, puis l’année suivante, un second album autoproduit Ecrire à l’envers qui, bien que non distribué, se voit attribuer 3 clés par Philippe Barbot de Télérama.

Deux parrains de marque Serait-il né sous une bonne étoile ? Deux parrains de la chanson française suivent de près son parcours : CharlElie Couture qui le découvre en premier et lui demande dès 2003 de participer à son album Double vue (Usthiax compose le titre Eugène le gène), puis récemment en 2007, Rodolphe Burger qui a conduit la direction artistique de son nouvel album : bleu palpitant . Au-delà d’une simple sympathie se limitant à une participation ponctuelle sur tel ou tel album, CharlElie Couture et Rodolphe Burger propulsent Usthiax sur scène. C’est ainsi qu’il assure les premières parties de la tournée de CharlElie en 2005 et 2006, puis celles de Rodolphe Burger en 2008.

Bonsaï Music et bleu palpitant À l’occasion d’une participation sur l’une des productions du label Bonsaï Music, CharlElie invite ledit label à découvrir Usthiax. Bonsaï Music à l’écoute des maquettes d’Usthiax entreprend de lui faire rencontrer Rodolphe Burger qui, séduit par l’homme et son univers, accepte de conduire la direction artistique de son nouvel opus. Une année plus tard un nouvel album est né : bleu palpitant , principalement enregistré à Sainte-Marie-aux-Mines (Studio Klein Leberau) et à Milan (Studio Che de The Dining Rooms), et réalisé conjointement par Mike Aubé (Usthiax, Rona Hartner) et Luc Tytgat (KatOnoma, Jacques Higelin). Volontairement éclectique, cet album alterne entre ambiances acoustiques et intimistes (volatiles urbains, bleu palpitant, pas non, tournesols vallonnés, mes belles), et ambiances rock (paris, la chasse à l’ourse, jeudi férié, badiane). Certaines compositions rappellent assurément le périple du jeune homme à Montréal (madame, les vers); cet album eût été inachevé sans un clin d’œil à CharlElie (la ballade du mois d’Août 75). Usthiax est bien plus qu’un artisan exigeant : tel un orfèvre il taille ses compositions et cisèle ses textes avec l’amour de celui qui souhaite, à chaque chanson, livrer à celui qui l’écoutera, un bijoux musical.

Mercredi 27 Août 2008 - 15:50
sur cette page