Connectez-vous S'inscrire

Alex Gopher - Alex Gopher

Sortie le 26 fevrier 2007


Le nouvel album d’Alex Gopher sort le 26 février chez V2. Il s’agit du premier album d’Alex Gopher en tant que chanteur. A l’exception de parties de guitare faites par Olivier Libaux (Nouvelle Vague) et des participations de Jean-Benoît Dunckel, Nicolas Godin (Air) et Helena Noguera, Alex Gopher a joué lui-même la majorité du disque dont il est auteur et compositeur.




Alex Gopher revient. L’artiste, qui a habitué depuis longtemps son public aux changements stylistiques, verse avec son nouvel album dans une pop électronique du meilleur effet. « On m’a souvent reproché de ne pas être là où l’on m’attend. Il y a des gens qui aiment les trucs immédiatement identifiables. Pas moi. » Pour autant, cette nouvelle direction n’avait rien de prémédité. Après des années de travail passionnant et défricheur avec des machines, Gopher a ressenti le besoin de retrouver instruments acoustiques et musiciens, sans pour autant renoncer à l’électronique. « J’en ai eu marre de fabriquer des morceaux avec des samples. Cela faisait cinq ou six ans que je le faisais, c’était devenu la routine. Un jour, j’ai débranché mon sampler, tout simplement. » En lieu et place de ce fidèle compagnon de route, Gopher s’est penché sur de bons vieux instruments : guitare et piano ont été à la base de ses nouvelles compositions.

On avait laissé le producteur avec des projets electros, comme l’album Wuz, confectionné en 2002 avec la collaboration de Demon, plus récemment sa participation au disque Superdiscount 2 avec Etienne de Crécy ou encore une sortie sur le label Kitsuné..On le retrouve aujourd’hui dans la peau d’un chanteur et songwriter singulier. « J’avais développé le complexe idiot de celui qui n’écrit pas de chansons. Je me suis souvenu avec nostalgie de l’époque Orange : on avait commencé en écrivant des chansons avec Jean-Benoît et Nicolas. ». Avant de s’établir sous son seul nom comme pilier de la scène électronique française, Gopher a fait ses classes aux côté des futurs musiciens de Air Il est tentant de voir aujourd’hui dans cette nouvelle facette du travail de Gopher, une synthèse entre cette première experience de groupe et ses dix années de productions électroniques, l’affirmation de certaines influences qui n’étaient jusque là pas parues évidentes : « Les choses qui m’ont fabriqué musicalement sont aussi Love and Rockets, New Order ou les Talking Heads. » explique-t-il.

Alex Gopher s’est replongé inconsciemment dans ces années new-wave au moment de composer ses chansons. Très vite, l’envie de les interpréter lui-même se manifeste. « Au départ, je ne pensais pas chanter. En maquettant les mélodies, je me suis dit « après tout pourquoi pas ? » Recruté dans le rôle de réalisateur de l’album, Etienne de Crécy le conforte dans ce choix. A l’arrivée, Gopher fait montre d’une jolie voix pop, tout en clarté. « J’ai moi même été surpris en découvrant ce timbre, avec un truc qui fait un peu penser à David Byrne. »

Mercredi 31 Janvier 2007 - 21:37
sur cette page