Connectez-vous S'inscrire

Andrea McEwan - Candle in a chatroom




Andrea McEwan - Candle in a chatroom
Andrea McEwan a commencé à écrire des chansons alors qu’elle n’avait que 3 ans « J’ai toujours écrit des chansons. J’aimais jouer seule, et j’ai appris par moi-même à écrire des chansons. Plus tard, je suis devenue une obsédée du magnétophone ! » Nourrie de livres Je m’asseyais sur le toit du garage et lisais deux livres par jour » et gavée de comédies musicales en noir et blanc, dans sa ville natale, Melbourne, Andrea a ensuite intégré la N.I.D.A., première école d’art dramatique d’Australie. Après avoir passé son diplôme, Andrea a été littéralement happée par la scène, travaillant non stop pour le théâtre et la télévision australienne.

En s’installant en Europe, sa carrière d’actrice, déjà auréolée de succès, a continué son envol tandis qu’en coulisses, Andrea continuait d’écrire des chansons. Lors d’un séjour chez elle, elle a écrit et enregistré avec un ami une démo, qu’elle a ensuite envoyée à quelques maisons de disques « mais je n’ai pas été plus loin… je ne savais pas comment faire ». Grâce à une rencontre fortuite alors qu’elle jouait au Derby Playhouse, sa démo atterrit sur le bureau du président de Dramatico, Mike Batt. Signée comme parolière, la première tâche d’Andrea a été d’écrire avec Katie Melua « J’étais plutôt nerveuse. Je n’avais jamais vraiment écrit avec quelqu’un auparavant, mais en fait, nous formons un excellent duo. Normalement, Katie commence avec la musique et je commence avec les paroles mais j’écris de manière assez changeante, aussi je n’avais aucune idée de ce que cela allait donner. Le premier jour, j’ai montré à Katie des paroles que j’avais écrites, elle les a lues, s’est assise au piano et a joué la chanson du début à la fin. Sa musique était parfaite. » On a appelé la chanson « What I Miss About You ». Elle a fini sur le troisième album de Katie, le multi platine Pictures, ainsi qu’une seconde collaboration, « Dirty Dice ».

Dramatico lui a offert un contrat d’enregistrement « J’aurais été si heureuse juste de m’asseoir dans une pièce et écrire des chansons pour le reste de ma vie ! Aussi ça a été un véritable cadeau pour moi que de me voir offrir l’opportunité d’enregistrer en tant qu’artiste. » Andrea a alors commencé l’écriture et l’enregistrement son premier album. Enregistré aux studios Air à Londres, Andrea a d’abord été intimidée par une telle perspective « Quand même… c’est là que Joni Mitchell a enregistré bon nombre de ses titres ! » Mais surmontant son inquiétude, elle a aimé voir ses chansons sauter hors de la page « tous ces incroyables musiciens ont donné vie à mes chansons, mes enfants. » Son premier EP comporte trois chansons de son album qui n’a pas encore de titre. Sur « One Candle in a Chatroom » Andrea écrit au nom de la « romance » et pose son regard sur l’état de l’amour moderne. « J’ai lu un article qui parlait des relations virtuelles et des rencontres sur internet et moi qui ait grandi en me nourrissant de Bronte, Austen, et Shakespeare, ça m’a rendue triste de penser que peut-être le règne de la romance était finie. » Tandis que « Black Socks in the wash » est à coup sûr la première chanson qui puise son inspiration au coeur du dilemme universel du lavomatic, « Fast Train » est une chanson plus personnelle.

En tournée en première partie de Katie Melua :

20 octobre : Zénith de Paris
22 octobre : Grenoble
23 octobre : Nice
24 octobre : Toulouse
26 octobre : Clermont-Ferrand
27 octobre : Nantes

Mardi 4 Novembre 2008 - 00:37



Nouveau commentaire :

sur cette page