Connectez-vous S'inscrire

Auditorium Guimet - Concert vendredi 8 avril 2011




Formée très jeune aux beautés de la littérature persane, Parissa s’est initiée au chant classique iranien auprès du maître Mahmoud Karimi. Très vite reconnue par le Ministère de la Culture, elle intègre le Centre Iranien pour la Préservation et la Diffusion de la Musique. Après la suppression de ce centre par la révolution, Parissa se consacre à la formation de jeunes talents. Depuis 1995, elle a repris une carrière internationale, collaborant avec de nombreux virtuoses du monde entier, multipliant les triomphes.

Bahman Panahi, né dans une famille d’artistes, choisit très jeune d’étudier à la fois la musique et la calligraphie, pour lui indissociables. La première reflète selon lui l’histoire, la culture et la civilisation iranienne, alors que la seconde projette une image immédiate de la créativité et du goût iranien. Très vite professeur agréé de calligraphie, il apprend parallèlement les principes de la musique traditionnelle iranienne à travers l’étude d’un instrument nommé le sétar, puis le tar, et se perfectionne auprès des grands noms du genre : Houshang Zarif, Mohamad Reza Lofti et Ataolah Zahed Shirazi. Depuis 1995, il multiplie les concerts collectifs ou solo, les enregistrements et les expositions, dans le monde entier.

Pedram Khavarzamini, merveilleux joueur de tombak, est selon R. Daly (Houdetsi) « l'un des plus importants musiciens de la jeune génération ». Disciple du maître Bahman Rajabi, Pedram a non seulement collaboré avec les principaux artistes iraniens, mais a aussi effectué un travail de recherches rythmiques au sein d'ensembles de percussions. Toujours selon Daly, son travail « est sans aucun doute à la pointe de ce qu'est en réalité un nouveau développement de la musique iranienne, et promet d'ouvrir un bon nombre d'avenues concernant l'expression d'une tradition déjà riche ».

Mercredi 16 Mars 2011 - 17:26



Nouveau commentaire :

sur cette page