Connectez-vous S'inscrire

BERLINE, La croisée des routes musicales


La croisée des routes musicales, du blues au garage, du dancefloor au hip-hop, berline est le duo résolument urbain de la chanson française 2009.
Car ici la langue française s’allie (salit... ?)
Mieux que jamais, à un son brut et sauvage, primitif et sensuel, un son définitif projeté avec l’élégance et l’audace de ceux qui n’ont rien à perdre.



BERLINE, La croisée des routes musicales
Berline c’est : barbee, la voix du duo, ex-guitariste de lolamaï, groupe exclusivement féminin et underground des 90’s, et alice botté, guitariste gaucher incontournable de la scène française ayant joué avec de nombreux artistes tels charlélie couture, jad wio, christophe, Daniel darc ou Alain bashung pour n’en citer que quelques uns.

Berline, bon nie & clyde sonores, des mots qui font couler du son !
Après avoir tourné dans les plus belles salles rock parisiennes (l’Elysée Montmartre, la maroquinerie, le nouveau casino...), après avoir enflammé des zéniths en première partie d’indochine, berline, nous revient de studio, et nous livre enfin son premier album [boa club], écho troublant de ses performances scéniques.

Berline
«L’élégance à la portée des dilettantes,
comme le luxe à la portée des punks détraqués, défroqués, des cinglés,
cintrés dans des costumes de vynile noirs brisés, blanc cassé.
L’éternité à la portée des voyous, de bas étages, de la cave, les squares... Rien à faire, les squares sans espoir, rien à rajouter.
Une femme transpirant l’amour et le sexe. Un outlow gaucher jusqu’à la fin des temps.

Berline
«Nous avons la vie devant nous?
Bien mieux que ça, nous avons quelques chansons.
Les chansons n’ont jamais servi à rien.
Juste à sauver des vies, c’est tout.»

Berline
avec un «e» en trop... Nous avons tous quelque chose en trop ou en «pas assez».Merde!
Je m’y perds. Qu’écrire après toutes ces années, qu’écrire quand tout a été écrit Do Fa SOL 7 .
De l’art de brutes et tout le reste n’est que poussière de merde.
Berline saigne.
Berline sent.
Berline déchire,
quand les autres perdent leur temps en nous faisant perdre le nôtre.
Et comme disait Elliott Murphy, «la différence entre le rock’n roll et le cinéma, c’est que le rock ne promet
pas de fin heureuse». Tant pis... Tant mieux...»

Dimanche 24 Mai 2009 - 00:00



Nouveau commentaire :

sur cette page