Connectez-vous S'inscrire

Balablan, premier album




Un slogan qui résume tout : crazy french pop songs for attarded adolescents. Est-ce besoin de traduire en français pour comprendre que nous avons affaire avec Balablan à un musicien à part, qui a su se roder au sein du Grand Orchestre de l’Elysée Montmartre, pour aujourd’hui se jouer des étiquettes, multiplier les chausse-trappes pour confondre l’auditeur et le terrasser de malice ?



Balablan, premier album
Super dynamique et aussi fun que poétique: Balablan, contrairement à ce que son nom indique, tire et fait mouche dans chacun de ses titres! Trés surpris d'emblée par la complexité et la gamme étendue des repères musicaux. De Bénabar à Grégoire en passant par Mika et Manu Chao, ils sont tous là! Mais assimilés, digérés et dépassés, servis frais, dans un condensé d'opus toniques et goguenards. Paroles et musiques, ludiques ou grivoises, s'impriment tour à tour dans nos têtes, comme des ritournelles enfantines. Rythmes trépidants, obsédants, ballades mélodiques, mélopées chaloupées, comptines cabotines d'enfants effrontés: la réécoute révèle, en filigrane, "le métier". (Obiwi)

Il y a un titre qui n'arrête pas de me trotter dans la tête ces derniers jours, Né à Woodstock, extrait du premier album d'un Monsieur nommé Balablan. Les clins d'oeil, Beatles, le texte, les trompettes à la Penny Lane, de la bombe, un tube estival avant l'heure. Le disque, s'appelle Messieurs les musiciens. Tout n'est pas du même niveau, mais il recèle d'autres pépites comme Les filles du Hall, tube assuré, entre Mika et Christophe Willem, Ma babou a le même potentiel, le semi punk Plus de mal que de peur accroche bien aussi, et comme les autres morceaux, même un ton au dessous, sont bien foutus, Balablan devrait faire son trou. (Sucre Pop)


Premier album pour Antoine Blanc alias Balablan, drôle de mec qui ne ment pas sur la marchandise qu’il cuisine : « Messieurs les musiciens » est un opus de « pop songs pour adolescents » peut-être un peu attardés certes, mais la puérilité a ses avantages. Le chansonnier donne dans l’humour et ça fonctionne. Pas de prétention, beaucoup de sourires et quelques bonnes surprises dans cet album pêchu et léger, qui donne clairement dans le melting-pot. (Culture et cie)

Mercredi 20 Mai 2009 - 21:21



Nouveau commentaire :

sur cette page