Connectez-vous S'inscrire

Baptiste Giabiconi - Showtime (teaser)


Si Baptiste m’était conté ou la fureur de vivre



L’histoire de Baptiste Giabiconi est beaucoup moins lisse que les couvertures des magazines qu’il trust depuis maintenant deux ans. Une enfance pas si facile en Corse puis à Marseille, élevé par une mère seule, travaillant au service social de la mairie et luttant pour joindre les deux bouts.

On pourrait croire que la beauté lui a rapidement ouvert toutes les portes, sauf que c’est là que l’histoire devient intéressante. Baptiste n’est pas né beau. À l’adolescence, il souffre d’un physique plutôt disgracieux. Maigre, visage émacié, il s’évade en chantant et en rêvant à ses idoles, David Bowie, Jim Morrison ou encore Dave Gahan de Depeche Mode.

Monteur ajusteur dans une usine d’aéronautique, il se décide à travailler son physique, et passe des heures à se sculpter un nouveau corps dans un club de sport. C’est là qu’il rencontre une femme qui lui suggère de se constituer un book.

La suite ?


Baptiste enchaîne les castings sans grand succès, tout en continuant à chanter.

Et c’est là que l’histoire s’emballe.

En 2008, repéré par Karl Lagerfeld, qui a décidément un don certain pour repérer les diamants bruts, il devient l’égérie de Chanel.

Le vilain petit canard est devenu cygne et sa carrière explose.

En deux ans à peine, il devient le mannequin masculin numéro un au monde.

Vogue, Elle, Marie-Claire, Harper’s Bazaar, l’Officiel... tous les magazines se l’arrachent et les Américains disent de lui qu’il est le plus bel homme français depuis Alain Delon.

Sacrée revanche, non ?


L’histoire pourrait s’arrêter là si la passion de Baptiste pour la chanson n’était pas aussi dévorante.

Et là encore, c’est une rencontre qui va lui permettre d’accéder à son rêve.

À l’occasion d’un reportage TV qui lui est consacré, Baptiste rencontre celui qui va devenir son producteur, Side Hajjaji.

Ensemble, ils décident de faire un album électro glam rock, s’inspirant des influences musicales de Baptiste et de son expérience dans le milieu de la mode.

Produit par Be First Media, Showtime, le premier single extrait de son album à venir en 2011, a été composé par Thom Carslym et Mats Rossander et réalisé par Kore (Florida, Pittbull, Shaggy...).

Le thème ? Peu importe les préjugés, si tu veux t’accomplir, fonce, et que le show commence.

Des podiums à la scène, il n’y avait qu’un pas. Et il semble bien que Baptiste vient de le franchir.


Baptiste Giabiconi - Showtime (teaser)
envoyé par ahproduction. - Course et crash spectaculaires en vidéo.

Mercredi 20 Octobre 2010 - 18:14



Nouveau commentaire :

sur cette page