Connectez-vous S'inscrire

Basia Bulat - Tall Tall Shadow

Sortie 30 Septembre 2013


Tall Tall Shadow, le troisième opus de l’auteur-compositeur-interprète torontoise Basia Bulat, est l’album le plus généreux qu’elle ait enregistré. Bulat a coproduit l’album avec Tim Kingsbury, un membre d’Arcade Fire, et Mark Lawson, qui a travaillé sur des disques d’Akron/Family et de Colin Stetson, qui a remporté un Grammy avec The Suburbs d’Arcade Fire.



Basia Bulat - Tall Tall Shadow

Tall Tall Shadow, le troisième opus de l’auteur-compositeur-interprète torontoise Basia Bulat, est l’album le plus généreux qu’elle ait enregistré. Brutes et spectrales, le cœur brisé, mais néanmoins joyeuses, ces dix chansons racontent l’histoire d’une année très difficile de la vie de l’artiste et de tout l’amour qui l’a aidé à passer à la traverser.

Alors que les deux albums précédents de la chanteuse, incluant Oh, My Darling qui fut en nomination pour le Polaris en 2008, ont été enregistrés au studio montréalais entièrement analogique Hotel 2 Tango, Tall Tall Shadow est une création plus moderne.

C’est un disque avec de l’écho et de la réverbération, des battements électroniques et de l’autoharpe électrique, des voix qui se chargent et qui rayonnent autour de guitares qui bourdonnent, du piano solitaire et des percussions qui résonnent.

Pour en arriver à ce résultat, Bulat a coproduit l’album avec Tim Kingsbury et Mark Lawson. Kingsbury, un membre d’Arcade Fire, « peut jouer de tout », dit-elle. Lawson, qui a travaillé sur des disques d’Akron/Family et de Colin Stetson, et qui a remporté un Grammy pour son travail sur The Suburbs d’Arcade Fire, est un alchimiste de studio, quelqu’un qui « entend des choses » cachées dans les chansons et qui désire toujours les transformer.

Ils ont commencé à enregistrer à Toronto, dans une salle de danse sexagénaire avec beaucoup de réverbération. Une fois de plus, Bulat a assemblé un groupe : son frère, le batteur avec un penchant pour le punk Bobby Bulat; Holly Coish aux claviers et aux chœurs; Kingsbury et Ben Whiteley aux guitares et à la basse.

Sur une chanson, on retrouve le père de Whiteley, la légende du folk Ken Whiteley, à l’orgue gospel. Mais Tall Tall Shadow n’est pas de la musique folk acoustique : comme sur Sea Change de Beck ou sur Buckingham Nicks, les accords et la gratte sont un point de départ vers des sonorités plus aventureuses.

Le but de Bulat était de continuellement se dépasser. "Promise Not to Think About Love", avec sa basse ondoyante et ses claquements de mains dansants, est la pièce la plus pop qu’elle ait jamais lancée. "It Can’t Be You", jouée sur un charango andin, est une des plus simples. "Never Let Me Go" est tout en crescendo, comme une femme dans une tempête, tandis que la pièce titre s’élève vers les cieux: y a-t-il déjà eu une chanson qui mette autant en valeur la voix puissante de Bulat? Tout comme son cœur à vapeur? « Deux mois avant le moment où je devais commencer à enregistrer, j’ai subi une lourde perte », confie Bulat. « J’ai en quelque sorte recommencé au départ. ».
Elle a recommencé, et elle ne s’est jamais arrêtée.

www.basiabulat.com
 
www.facebook.com/BasiaBulat


Samedi 10 Août 2013 - 22:02



Nouveau commentaire :

sur cette page