Connectez-vous S'inscrire

Calogero condamné pour contrefaçon d'une chanson


Le chanteur a été condamné à Paris pour contrefaçon de droits d'auteurs pour avoir reproduit, sans autorisation, une partie d'une oeuvre musicale dans sa chanson Un jour parfait.



Le chanteur Calogero a été condamné par le tribunal de grande instance (TGI) de Paris pour contrefaçon de droits d'auteurs pour avoir reproduit sans autorisation une partie d'une œuvre musicale dans un de ses morceaux. Deux auteurs-compositeurs, Serge Didier et Arnaud Pierrat, estimaient que la chanson de Calogero Un jour parfait présentait "sur le plan musical d'importantes similitudes" avec une de leurs œuvres musicales, Le feu de Willial, déposée à la Sacem, un an auparavant.

Dans un jugement en date du 26 mars 2010, se fondant sur des avis d'experts, le TGI de Paris a jugé que le "motif d'accompagnement à la guitare" d'Un jour parfait, reproduisait "les caractéristiques essentielles" de celui du Feu de Willial, sans mentionner le nom des deux auteurs-compositeurs. Calogero Maurici et Gioacchino Maurici, compositeurs d'Un jour Parfait, ainsi que la société Klaxon Impek International Music Publishing (éditrice de la chanson), la société Rapas (productrice) et Universal Music France (distributrice) "se sont ainsi rendus coupables d'actes de contrefaçon", poursuit le jugement.

Le TGI a condamné Calogero Maurici et Gioacchino Maurici, ainsi que les trois sociétés à verser 40.000 euros aux plaignants, en réparation de l'atteinte portée à leurs droits patrimoniaux d'auteur et 5000 euros en réparation de l'atteinte portée à leurs droits moraux d'auteurs. Le tribunal a également condamné Rapas à garantir Universal de toutes les condamnations prononcées à son encontre, en vertu d'un contrat liant les deux sociétés concernant le copyright.

Mardi 30 Mars 2010 - 17:46



Nouveau commentaire :

sur cette page