Connectez-vous S'inscrire

Carl F Abel Drexel manuscript




L’excellente réputation que s’était forgée Carl Friedrich Abel s’estompa au cours des deux siècles qui suivirent sa mort. L’Europe entière avait en effet, durant toute sa vie, reconnu le talent du gambiste et du compositeur. Présent sur toutes les scènes, il fonda en compagnie de J. C. Bach les Bach-Abel-Concerts, la première série de concerts en souscription de l’histoire de la musique ; son talent de pédagogue était connu au point qu’un prodige de la taille de Mozart étudia avec lui (de fait, Mozart fut longtemps considéré comme l’auteur de l’une des symphonies d’Abel). L’art de C. F. Abel était reconnu par des personnalités aussi importantes que Charles Burney, J. F. Reichardt ou Goethe, et bien heureusement, en ce début de XXIème siècle, Paolo Pandolfo reprend le relais et nous offre un brillant récital de cette musique si inventive, qui comprend des préludes, des adagios et des danses diverses. Comment classifier cette musique « tardive » pour viole de gambe ? Il ne s’agit pas de musique baroque ; elle semble viser le monde classique, celui de Mozart, Haydn et jusqu’à Beethoven. Ou plutôt, comme Paolo Pandolfo – qui fait montre dans certaines oeuvres de sa haute technique d’improvisation – le dit dans son texte : « C’est simplement de la Musique ! ».

Mardi 17 Mars 2009 - 22:53



Nouveau commentaire :

sur cette page