Connectez-vous S'inscrire

Christophe Hondelatte se rêve en patron de chaîne




Même si Christophe Hondelatte est en dépression, comme il l’a expliqué sur sa page Facebook il y a quelques jours, il n’en oublie pas moins son avenir télévisuel. Aux commandes de l’émission de 13ème Rue, “Passeport pour le crime”, le journaliste et désormais chanteur déclare que son avenir est de prendre la direction d’une chaîne. Rien que ça. “Tout le monde pense qu’avec mon sale caractère, c’est impossible. […] Après, il faut que je trouve quelqu’un avec moi qui arrondisse les angles, un polisseur. J’adore être leader. Le problème, c’est que certains ne me suivent pas", explique-t-il à Télé2Semaines. Autre rêve: se produire sur le plateau de l’émission musicale “Taratata”.

Christophe Hondelatte confie également être en contrat d’exclusivité avec un “éventuel futur employeur à la télévision”, qui ne serait autre que Direct 8 croit savoir Télé2Semaines. Mais à l’évocation de la chaîne, le journaliste botte en touche: “[…] On est en plein mercato, mon intérêt est d’en dire le moins possible. Ca risquerait d’être mal pris.”

Cette interview fleuve est également l’occasion pour le journaliste de ressortir sa rengaine contre France Télévisions. “Je ne suis pas le bienvenu. Mais après l’élection de dimanche, je pense que ça peut changer. Si Guillaume Durand s’attaque à Rémy Pflimlin, c’est qu’il y a une raison. La réforme de l’audiovisuel est loupée. Qu’est devenu France Télévisions ? Dans quel état est France 3 ? Il n’y a plus de deuxième partie de soirée sur France 2. La seule réussite, c’est l’information. Pourquoi ? Parce que Thierry Thuiller (directeur de l’information de France Télévisions, ndlr) a le pouvoir et qu’il l’exerce bien”.

Côté chanson, Christophe Hondelatte sortira à la rentrée prochaine un single de son deuxième album qu’il annonce “électro-rock”. Le numéro de “Passeport pour le crime”, pour lequel il s’est rendu en Afrique du Sud, sera diffusé le 30 mai prochain sur 13ème Rue.

Vendredi 4 Mai 2012 - 15:33



Nouveau commentaire :

sur cette page