Connectez-vous S'inscrire

Christophe Willem - Inventaire

Sortie le 16 avril 2007




Il y a un an, une voix surhumaine embrasait le printemps. Celle de Christophe Willem dans l'émission de télé-crochet « La Nouvelle Star ». Un répertoire à couper le souffle (Jackson Five, Gloria Gaynor, Dalida, Jacques Brel, Whitney Houston, Bee Gees, Frank Sinatra, Boney M...). Et des interprétations « cannibales ». Comme si les mots qu’il débitait comme des pièces d’or venaient d'être écrits pour lui.

Christophe Willem est né le 3 août 1983 près d'un lac sans montagnes (Enghien-les-Bains). Il a grandi à l'altitude d'une cinquantaine de mètres au-dessus du niveau de la mer dans le pavillon meulière d’une banlieue paisible (Deuil-la-Barre). Et pourtant, il n'aime rien tant que les sommets et l'alpinisme vocal. Début au piano à sept ans. Rompu aux techniques du chant jazz, du blues et du gospel, l'adolescent chantait aussi Billie Jean pour ses copains avec une télécommande en guise de micro. Remarqué à 19 ans dans une chorale, il obtient un rôle dans le film Alive aux côtés de Richard Anconina. Etudes de communication à l'université, petits boulots (baby sitting, ouvreur de théâtre, surveillant, professeur de chant...). En 2005, sa sœur l'inscrit en secret au casting de La Nouvelle Star à Toulouse.

Quelques mois plus tard, sa présence solaire et son impressionnante voix de tête allaient faire pleuvoir les frissons comme du radium.

Avec lui, le moindre escalier de service se transforme en escalier d'honneur aux larges marches blanches et scintillantes. Christophe Willem parodie avec une décontraction stupéfiante les tics du music-hall. Dès les premières mesures, son étrange et long corps en Z opère une mue fascinante et reptilienne. Quand il chante, il avoue être un autre. Et quand il ne chante pas, ce garçon d'excellente humeur ne porte pas la croix et la souffrance des martyres de la télé réalité. La renommée soudaine et fulgurante a valu à ce « middle class héros » la médaille de la ville de Deuil-la-Barre. Il était temps car le dernier triomphe musical d'un habitant de Deuil remonte à la guerre 14-18 avec La Madelon, interprétée par le fantaisiste Bach.

« Inventaire », le premier album de Christophe Willem, fait mentir le théorème élaboré par Boris Vian. Il affirmait qu'un garçon doué physiquement, scéniquement et vocalement serait condamné à chanter des chansons idiotes.

Faux. Christophe Willem a été entraîné dans une « spirale vertueuse ». Il nous offre un nouveau printemps éclaboussant de lumière. Une gifle de bonheur et de mélancolie. Cet album est un carrefour de rencontres insolites et de flux baroques où chaque auteur s'est employé à faire étinceler sa personnalité flamboyante et les facettes de sa voix aux mille carats.

Zazie évoque les amours hertziennes, l'enfance et les dons polymorphes de Christophe. Philippe Katerine et Gonzales abordent les années lycée. Benjamin Kerber, 17 ans et membre des Shades, parle de « lèvres qui ont goût de futur ». Natacha, l'ex-chanteuse d'AS Dragon, a écrit les paroles de « Chambre avec Vue » sur une composition de Christophe Willem. Bertrand Burgalat signe, entre autres, une élégante aria de « pop concrète » sur le thème du rouleau compresseur de la célébrité. Quant à Valérie Lemercier, elle a choisi le titre de ce duo torride après avoir remarqué la façon si sensuelle qu'avait Christophe de prononcer la lettre « T ». Benoit Courti apporte une touche electro aérienne sur deux remix.

Chaque titre de l'album comprend l'empreinte A.D.N. de Christophe Willem. Il est désormais impatient de les chanter en public et promet d'autres versions. D'autres Everest de notes

Jeudi 29 Mars 2007 - 20:27
sur cette page