Connectez-vous S'inscrire

Chronique d'un été en DVD


A Paris, pendant l'été 1960, quelques personnages, issus de toutes catégories sociales, répondent à la question de savoir s'ils sont heureux. Au centre, Marceline Loridan, une ancienne déportée d'Auschwitz, mène l'enquête.



Mort à 86 ans, en février 2004, dans un accident de voiture dans le nord du Niger, Jean Rouch avait tourné plus de 120 films profondément ancrés dans le continent africain (marqués par l'utilisation de la pellicule 16 mm)
"Jean Rouch n'a pas volé son titre de carte de visite : chargé de recherche au Musée de l'homme. Existe-t-il une plus belle définition du cinéaste ?", disait Godard.

Fondateur en 1952 du Comité du Film ethnographique, cet homme cultivé et enthousiaste présida la Cinémathèque de 1987 à 1991.
Attiré par les technologies que développaient au sein de l'ONF les pionniers du cinéma direct, il invite Michel Brault à Paris et y réalise l'un des premiers film tourné avec une caméra à l'épaule et en son synchrone : Chronique d'un été (1960, avec le sociologue Edgar Morin).

À cette occasion, il lancera l'appellation « cinéma-vérité » (en pensant au Kino Pravda de Dziga Vertov) terme qui aura, on le sait, son lot d'héritiers plus ou moins légitimes. Il signera un épisode de Paris vu par… (1965), aux côtés de Chabrol, Godard, Pollet, Douchet et Rohmer, de L'an 01, avec Jacques Doillon et Alain Resnais, et co-signera un film avec Raoul Ruiz (Les brise-glace, 1988)

Arte édite ce film/document et nous propose quelques suppléments, l'occasion de découvrir ce cinéaste si précurseur.

Le 21/06/2005, Arte Vidéo

http://www.dvd-bonus.com

Lundi 23 Mai 2005 - 02:46



Nouveau commentaire :

sur cette page