Connectez-vous S'inscrire

Cohue à Los Angeles pour l'arrivée des acteurs de The Artist


Jean Dujardin et l'équipe du film ont été accueillis dimanche à l'aéroport de Los Angeles par une nuée de journalistes. La cérémonie des Oscars a lieu dans quelques heures.



Cohue à Los Angeles pour l'arrivée des acteurs de The Artist
L'équipe du film est arrivée samedi soir dans deux avions différents à Los Angeles, dans un cohue monumentale. Michel Hazanavicius et Bérénice Béjo ont précédé de quelques heures Jean Dujardin.

Les Oscars, c'est dans quelques heures, et le réalisateur de "The Artist" Michel Hazanavicius, a reconnu samedi aux Spirit Awards qu'il ressentait de la "nervosité" avant la cérémonie de dimanche à Hollywood. "J'ai un peu le trac, je me rends compte que je suis un peu tendu parce qu'il y a une pression extérieure qui monte énormément", a déclaré le cinéaste à l'issue de la cérémonie des Spirit Awards du cinéma indépendan, où le film a remporté quatre trophées dont celui de meilleur film à la veille de la cérémonie des Oscars. "Des fois, en voulant se protéger, on se protège un peu trop et on finit pas se barricader", a-t-il ajouté. "En règle générale, je suis plutôt très décontracté, très tranquille et là, je sens de la nervosité. Je pense que j'ai le trac, en fait!".

"Je sens de la nervosité"

Le cinéaste et l'équipe de "The Artist" sont lancés depuis l'automne dans une intense campagne hollywoodienne, pilotée par le distributeur américain du film Harvey Weinstein, qui a pour l'instant porté ses fruits, avec des dizaines de récompenses à Hollywood et dans le monde. Dimanche, le film pourrait devenir la première œuvre non anglo-saxonne à remporter la statuette du meilleur film dans l'histoire des Oscars. Avant le grand rendez-vous, Michel Hazanavicius s'est félicité de ses victoires aux Spirit Awards, où le film a reçu les trophée de meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur pour Jean Dujardin et meilleure photographie.

"C'est un prix qui est remis par des gens dont la spécificité est de prendre des risques, de faire des films non formatés, des gens qui font du cinéma en toute indépendance et en toute liberté", a-t-il expliqué. "Recevoir un prix de la part de ces gens-là, ça veut dire que l'âme du film ne s'est pas complètement perdue dans la perception qu'en ont certaines personnes, avec la course aux Oscars, etc...", a-t-il ajouté. "Moi-même, parfois, je ne reconnais plus le film et j'ai un peu l'impression que c'est presque devenu une bête de foire. Donc ce prix me ramène à quelque chose d'essentiel, qui est extrêmement important".

Dimanche 26 Février 2012 - 14:08



Nouveau commentaire :

sur cette page