Connectez-vous S'inscrire

Comment un brasseur belge mélomane est devenue patron de maison de disques




La crise du disque a sonn, mais pas pour tout le monde. Il est une firme belge, Outhere, qui se dveloppe contre vents et mares. Son secteur ? La musique classique, qui n'avait pas connu un tel dveloppement depuis bien longtemps.

Industriel ayant fait fortune comme brasseur, Charles Adriaenssen n'aimait pas seulement la bire. Il tait aussi mlomane. En 2005, ce philanthrope aide deux petits labels locaux assurer leur avenir. Il apporte un financement, des mthodes de gestion ralistes, et laisse les cratifs leur mtier de producteur. Pour eux, c'est une chance ; pour lui, "un plaisir de rencontrer les musiciens et de s'instruire auprs d'eux". Avec les difficults du march du disque arrivent alors d'autres opportunits. En peu de temps, Adriaenssen fait main basse sur plusieurs socits de disques classiques, des plus confidentielles aux plus rputes. Ainsi, les deux grandes firmes franaises des annes 2000, Alpha et Zig Zag Territoires, en difficult, tombent dans l'escarcelle d'Outhere. Philippe Herreweghe, le grand chef d'orchestre belge, souhaite crer sa propre maison de disques ? Adriaenssen lui propose d'accueillir son projet au sein de sa PME - les premiers disques paratront fin 2010. Un grand producteur de jazz souhaite se relancer ? Andriaenssen invente pour lui un nouveau label, Outnote...

Quand le boulimique Adriaenssen s'arrtera-t-il ? Pas tout de suite : il vient de racheter son huitime label, Rame, spcialiste de musique ancienne. Mais il doit encore trouver une cohrence ditoriale. Pour durer, Outhere devra conjuguer originalit et harmonie.

Jeudi 26 Août 2010 - 17:27



Nouveau commentaire :

sur cette page