Connectez-vous S'inscrire

DVD Florence Foresti fait des sketches à la Cigale




Depuis ses premiers pas sur Canal + dans 20 h 10 pétantes de Stéphane Bern, Florence Foresti a fait son petit bonhomme de chemin sur les planches et à la télévision. On la retrouve régulièrement chez Ruquier dans On a tout essayé, où elle tape l'incruste, sous les traits de Anne-Sophie de la Coquillette, Brigitte la bimbo qui voudrait être femme de footballeur, la candidate Miss France recalée, etc. Son créneau : se moquer de tous les petits travers de ses congénères, homme ou femme.

Car si la gent masculine ne pense qu'aux voitures (tous les hommes rêvent un jour d'avoir une Porsche) et à jouer à la PlayStation, les femmes, elles, boudent (des fois pour rien), ont toujours froid, toujours peur d'être grosses, vieilles, trop petites.

Dans ce one-woman-show enregistré à La Cigale en septembre 2005, qu'elle a écrit et mis en scène, cette jeune trentenaire pétillante n'a pas son pareil pour prendre des poses, et composer des personnages (l'actrice hystérique, la fille qui se la raconte…). Ancienne infographiste, Florence Foresti n'hésite pas à se tourner elle-même en dérision, notamment lorsqu'elle fustige les règles de la vie en entreprise ("Les Horaires de bureau"). Foncièrement sympathique !

C’est à Lyon, par une après-midi du mois de novembre 1973, que naissait un bébé, prénommé Florence, pesant 3.250kg et mesurant à peine 50 cm.

« Dans tes classeurs de lycée… »

Quelques centimètres en plus et des kilos plus tard, Florence rêve déjà de devenir clown et de faire rire tout le monde…

Les spectacles de fin d’année du lycée sont, pour elle, une réelle révélation. Elle y découvre l’atmosphère magique de la scène et la frénésie des coulisses.

Le bac en poche, Florence poursuit des études de Cinéma et enchaîne les petits boulots, avant de devenir infographiste.

De plus en plus attirée par les planches et après de brefs cours de théâtre classique, où Molière cédait la place à Muriel Robin, Florence s’inscrit à des cours de Café-théâtre amateur. Elle y écrit ses premiers sketchs.

Du trio au solo

Ses débuts se font au Nombril du Monde, café-théâtre Lyonnais. Elle y rencontre deux jeunes filles avec qui elle forme un trio : les « Taupes Models ». Premier succès ! Leur spectacle fait le tour des cafés-théâtres et festivals d’humour de France et remporte l’enthousiasme du public et des critiques.

En 2001, Florence décide de se lancer en solo. Elle écrit son premier one-woman-show « Manquerait plus qu’elle soit drôle ». Nouveau succès ! Prix du Jury au Festival d’Antibes en octobre 2002, Florence s’y fait remarquer et monte à Paris pour le jouer au Point Virgule pendant plus d’un an.

Dimanche 19 Mars 2006 - 00:27
sur cette page