Connectez-vous S'inscrire

Dandy Freaks - La source




Dandy Freaks - La source
Dandys-Freaks naît en 2002 : Maman est une guitare rock, Papa un beat électro, le bébé est Mutant ascendant Concert.

Première année, premier album, intitulé « K », comme kermesse, ketchup, kaléidoscope. Karrément électro-rock, furieusement déKalé, le ton Freaks est donné. Ninkasi Kao, Nuits sonores de Lyon, première partie des Wampas et de JMPZ : le groupe part sur la route, expérimente, rencontre. Très vite, une évidence s’impose : Il leur faut, sur scène, un univers visuel à leur démesure. Des comédiens rejoignent le groupe, qui devient troupe de rock ; le travail scénique s’affine, de résidences en festivals ; la scène devient le lieu d’une performance visuelle autant que musicale, un show total. Un Barnum glam-punk, une kermesse au ketchup, un kaléidoscope onirique, made in Freaks.

Les Dandys ne délaissent pas le studio pour autant : au Loaded studio en 2005 (Brain Damage, Dub Incorporation) ou en 2006 avec Bill Guigneton (Mickey 3D, Parabellum), les guitares s’affûtent, les platines peaufinent. Et en 2007, arrivée de Jean-Pierre Spirli (High Tone, Wampas) aux manettes, et deuxième album, « Zombie Stars ». Les Dandys fidèles au meilleur d’eux même : la vitamine et l’humour sont intacts, le groove est plus dense, les vocaux plus murs. Le show est retravaillé dans la foulée, le cirque fluo freaks, armé jusqu’au dents, reprend la route. La tournée les mènera du Transbordeur de Lyon à Paris, ou ils partagent la scène Bastille avec le combo japonais Plastic Tree, de la Slovaquie aux Antilles. Et aux Antilles, ce sera le drame : même pas vaccinés, nos dandys vont choper tout ce qu’ils croisent : une autre lumière, un autre groove une langueur, du dub, un hamac…Leur rock prend une couleur electropicale !

2010-2011, leur troisième et nouvel album « la Source » en témoigne. « La Source », parce que c’est là que sont la fraîcheur, la vibration première, l’essence. Un album multivitaminé, coloré, divers, fruit d'expériences multiples, scènes, voyages et rencontres. La vitamine de base, l’électrorock, est bien là, mais le cocktail est savant : un zeste de psychédélique, une pincée de hip-hop, une tranche d’ananas, deux doigts de dub, avec des collaborations d'artistes des Caraïbes et d'ailleurs. De retour aux manettes, Jean-Pierre Spirli a délicatement secoué au shaker, pour un résultat solaire et groovy.

Dimanche 6 Février 2011 - 15:51



Nouveau commentaire :

sur cette page