Connectez-vous S'inscrire

Dans le Rhône, une église entièrement redécorée par l'artiste Jean Fusaro




80 % de la population du département du Rhône, soit 1,4 million d'habitants, sont concentrés dans les agglomérations de Lyon et Villefranche, mais 80 % de la surface du territoire départemental est en zone rurale.

Dans l'esprit d'aider le développement des communes éloignées des grands centres, le Département a voulu générer de l'attractivité dans le canton de Monsols - moins de 4000 habitants, en permettant à une petite commune, Saint-Jacques-des-Arrêts (115 habitants), d'accueillir des oeuvres de Jean FUSARO*. Ce secteur du Haut-Beaujolais, hier apprécié pour ses paysages vallonnés remarquables aux beaux jours, ses circuits de randonnée et son itinéraire d'approche du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle l'est aujourd'hui pour abriter les créations de l'un des peintres créateurs, avec André COTTAVOZ et Jacques TRUPHEMUS, du Sanzisme.

Depuis 1999, l'église de Saint-Jacques-des-Arrêts abrite ainsi dans son abside, 4 peintures monumentales de Jean FUSARO sur la vie de Jésus que les paroissiens peuvent admirer lors des offices: Saints Cyrille et Méthode, Le Baptême du Christ par Jean Le Baptiste, un Golgotha en Beaujolais, Saint Jacques sur les chemins de Compostelle.

Et en 2009, le Département du Rhône, présidé par Michel MERCIER, aussi ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire, décide d'y mettre en dépôt 15 oeuvres supplémentaires dont il est propriétaire: un chemin de croix de 8 tableaux, une composition murale de cinq tableaux consacrés aux Martyrs de Lyon, et deux autres tableaux.

Cette réalisation inédite d'une collectivité responsable du devenir des lieux et des sites de son territoire, inscrit désormais l'église de Saint-Jacques-des-Arrêts dans l'histoire du Rhône. Michel MERCIER, Ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du Territoire, Président du Conseil général du Rhône inaugurera les peintures de Jean FUSARO le samedi 29 mai à 11 h en l'église de Saint Jacques des Arrêts, en présence du cardinal Philippe BARBARIN et de Jean FUSARO.

* Né à Marseille en 1925, Jean FUSARO fait ses études à l'École Nationale des Beaux-Arts de Lyon. Très tôt, il mène un combat pour la nouvelle peinture figurative française en créant, avec ses amis de cimaises parmi lesquels André COTTAVOZ, James BANSAC, Jacques TRUPHEMUS, Pierre COQUET, le mouvement pictural Sanzisme. Ce mouvement lyonnais rassemble alors des tendances différentes et rejette en bloc les courants dominants que sont l'impressionnisme, le fauvisme et le cubisme. A l'époque Jean FUSARO peint des univers intimes et expressifs, d'une touche serrée qui occasionnait des manques, souvent pour faire naître une lumière intériorisée.

Jean FUSARO a confirmé progressivement sa prédilection pour une palette « ouatée » de pastelliste, privilégiant l'espace maritime et devenant ainsi l'un des maîtres de la peinture française lyrique figurative.

Si Jean FUSARO a toujours évoqué sa foi, il ne l'avait jamais traduite. La mort de son fils en 1991 a réorienté ses peintures. Une « Nativité pour quatre visages de Marie » à la Basilique de Fourvière, un vitrail pour l'église de Vourles et les oeuvres qui ornent désormais l'église de Saint-Jacques-des-Arrêts n'en font pas pour autant aujourd'hui, un peintre de la religion.

Vendredi 21 Mai 2010 - 17:36



Nouveau commentaire :

sur cette page