Connectez-vous S'inscrire

Découvrez Dial




Originaire de Dakar (Sénégal), Dial arrive à Paris à l’âge de 15 ans laissant derrière lui ses rêves de footballeur. Garçon Hyperactif et rebelle, ses parents lui font pratiquer différents sports de combat afin de canaliser son énergie. La danse devient par la suite sa grande passion. Il commence des cours de « jazz rock » qu’il abandonne au bout de quelques jours : il les trouve trop stéréotypé. Dès lors il se perfectionne un style personnel grâce à des supports vidéo.

Un jour Dial fait la rencontre d’un musicien. Ce dernier l’ayant entendu chanter au cours d’une soirée, lui propose de faire un essai avec son groupe de quartier. Dans un premier temps, Dial décline l’invitation : il se sait sans expérience et a peur de se ridiculiser avec sa voix qu’il trouve plate et sans charme.

Mais il finit par se laisser convaincre. Autodidacte, il passe des heures à travailler « Dock of the bay » et autre « Fa fa fa » de l’inoubliable album d’Otis Redding. Durant les deux ans qui suivent, il se produit avec le groupe dans plusieurs manifestations de la banlieue nord. Puis il intègre une grande formation semi professionnelle de rythm’n Blues, le « Live Band » avec sa section de 4 cuivres endiablés, où il est l'un des 5 chanteurs,. Avec ce groupe, Dial en apprend un peu plus sur la rigueur musicale et scénique, ce qui leur vaut de jouer pendant 3 jours consécutifs sur la place de la station RER « Auber », pour une célèbre marque de café. En parallèle, Dial chante pour plusieurs groupes de funk, élargissant son répertoire et consolide ses acquis. Trois ans plus tard, il quitte le « Live Band », lassé des querelles d’égo de certains musiciens.

Fort de ses expériences, il crée, avec l’aide de Bill Naxos, ancien Bassiste du « Live Band », les groupes, « Hitband » reprenant les divers tubes de variétés internationales, « Disco Fiesta », avec le meilleur du disco et « Show Men Blues», pour un clin d’œil aux «Blues Brothers ». Avec ces trois formations, Dial se battit une réputation de « bête de scène », avec plus de 300 prestations à travers toute la France, divers pays européens et du continent africain.

Pendant cette période, et suite à sa rencontre avec l'artiste Fabienne Rebouillet, Dial s’essaie à la peinture. Cette recherche presque obsessionnelle des formes et des couleurs est un exutoire à son tempérament explosif. Il fait quelques expositions à Paris avec une cinquantaine de toiles qu’il a produites.

En 2007, Dial commence à travailler sur son premier album « Je rêve » : 14 titres composés au rythme de ses diverses expériences et de ses rêves...

Mardi 17 Novembre 2009 - 18:56



Nouveau commentaire :

sur cette page