Connectez-vous S'inscrire

Depeche Mode Sounds of the universe




Depeche Mode Sounds of the universe
Ils durent pour le plaisir. Près de trois décennies après leurs débuts, les trois de Depeche Mode n’ont rien perdu de leur mordant et se payent même le luxe d’inventer un nouveau genre musical : l’electro-rock rétro-futuriste. Inutile de demander au trio de Basildon quel est son secret. Il frappe aux oreilles dès les premières mesures de In Chains qui montre de quels synthés vintage pilotés par la technologie actuelle Gore, Gahan et Fletcher se chauffent aujourd’hui.

Si tout l’intérêt de ce nouvel album ne réside pas uniquement dans sa facture sonore, que le producteur Ben Hillier a aidé à mettre au point comme s’il s’agissait d’une formule magique, il convient d’admettre qu’elle en fait une grande partie du charme. Certes, Wrong, premier single, promet de faire de graves dégâts dans les stades où la foule va le reprendre en chœur. De même, Jezebel, chantée par un Martin Gore qui se prend pour Scott Walker, a tout pour rejoindre les classiques du groupe. Mais les bidouilles flagrantes qui ponctuent Hole To Feed, Perfect ou la glameuse Corrupt contribuent indéniablement à leur efficacité. Second songwriter officiel du groupe aujourd’hui, Dave Gahan enfile quelques perles comme la glorieuse Come Back dont le mur d’électricité n’est pas sans rappeler ceux construits autrefois par My Bloody Valentine. Enregistré par un Depeche Mode retrouvé et fier d’avoir survécu à tout, Sounds Of The Universe est une nouvelle étape triomphante dans la carrière d’un groupe dont la personnalité musicale, plus attachante que sombre, la qualité artistique indiscutable et l’enthousiasme pour la remise en cause, n’ont jamais cessé d’inspirer le respect.

Samedi 25 Avril 2009 - 22:17



Nouveau commentaire :

sur cette page