Connectez-vous S'inscrire

Deux Soeurs pour un Roi




Au XVIe siècle, en Angleterre, le roi Henry VIII (Eric Bana) désespère obtenir un héritier de son épouse Catherine d’Aragon. Confident du souverain et fin stratège, le Duc de Norfolk (David Morrissey) voit là l’occasion rêvée de placer sa famille. Il convainc son beau-frère, Thomas Boleyn, de pousser sa fille Anne (Natalie Portman) dans les bras du roi. La jeune fille, ambitieuse et calculatrice, s’enorgueillit de la mission. Mais un faux-pas de sa part amène le roi à se tourner vers sa sœur Mary (Scarlett Johansson), plus douce. Le fait qu’elle soit mariée n’empêche nullement Henry VIII de lui demander de le rejoindre à la cour et devenir sa maîtresse… Jalousies, trahisons, luttes de pouvoirs, scandales abreuvent la somptueuse reconstitution historique orchestrée en 2008 par le réalisateur de télévision anglais Justin Chadwick, adaptée du roman de Philippa Gregory. Derrière les secrets d’alcôve, se joue le destin d’une nation. Les faits sont quelque peu romancés, mais le film permet d’en savoir plus sur Mary Boleyn, oubliée de l’histoire au profit de sa sœur subversive. “Deux sœurs pour un Roi”( “The Other Boleyn Girl” le titre original et celui du roman, est bien plus inspiré) est un éblouissement constant, par ses décors, costumes et actrices (Natalie Portman est particulièrement excellente en garce manipulatrice). Cependant, la fresque ne parvient pas à se défaire d’un certain académisme. Elle se révèle moins rock’n’roll que la récente série “Les Tudors”, et ne possède pas non plus le souffle de l’ “Elizabeth” de Shekhar Kapur, auquel elle pourrait pourtant servir de prologue. Interactivité : 4/5 Des reportages instructifs permettent d’en savoir plus sur les personnages et faits historiques. Le making of et le chapitre sur l’adaptation mettent en exergue le sérieux du projet et le souci constant d’insuffler la modernité et l’énergie du roman dans le film (dont Philippa Gregory elle-même salue la beauté et les qualités artistiques). Des scènes coupées s’attardent sur le destin de William Carey (premier époux de Mary) et un petit document se consacre aux essais de la nouvelle caméra HD, utilisée pour le film. Image et son : 5/5 Superbe !

Lundi 24 Novembre 2008 - 22:32



Nouveau commentaire :

sur cette page