Connectez-vous S'inscrire

ELSA KOPF – Acoustic Joys

Sortie depuis le 28 mars 2011




ELSA KOPF – Acoustic Joys
On connaît 3.728 chanteuses toutes plus malignes les unes que les autres, qui voudraient nous prouver à quell point elles sont spéciales comme filles, originales à chaque bout de phrase, vachement profondes et fines, et tout et tout. Mais n’est pas Björk qui veut. Trop souvent, la sophistication de ces demoiselles tourne à vide, tourne court… et, sous le vernis de tournures tarabiscotées, l’on n’entend finalement qu’en envahissant fatras d’états d’âme plutôt banals. No names, évidemment. Pas la peine.

Je sais gré à Elsa Kopf d’éviter ce piège du “regardez­comme­je­suis­spéciale­comme-fille”. Elle compose des melodies qui en sont vraiment (je veux dire par là qu’on peut les retenir, voire meme se surprendre à les fredonner). Elle écrit des textes qui ont la sereine beauté des choses simples, droites, comme quelqu’un qui vous regarde dans les yeux et puis voilà, vous avez le sentiment de communiquer avec cette personne.



Ce qu’elle choisit de nous offrir, c’est la clarté, la simplicité. Quelque chose qui n’envahit pas… Il y a comme un fauteuil pour moi dans ces chansons, une vraie place confortable et cosy pour mon imaginaire. Il y a des murs blancs et ensoleillés… une envie de marcher pieds nus… Un certain art du “less is more”. En plus de ces qualités, déjà assez rares pour retenir l’attention, Elsa possède un timbre de voix tout de suite plaisant – à la fois sensual et elegant. Ca se tient, c’est chic, soyeux. Rien de vulgaire, jamais. Pas une voyelle qui dégouline, pas une consonne qui se racle la gorge.

Il se trouve que Elsa Kopf a gagné quelques médailles en chocolat dans le petit monde de la chanson. Comme elle est gourmande, elle a du les grignoter assez vite, et je n’ai pas retrouvé l’emballage. Il se trouve que Elsa Kopf a une maman parolière de chansons, mais bon, ça arrive dans les meilleures familles, ne lui en tenez pas rigueur. Il se trouve (surtout / encore / etc) qu’elle a plein de merveilleuses chansons qui lui viennent comme ça, dans les doigts, et que le charme incroyable de ce premier album se prolongera très vite dans un petit deuxième…

Donc, je récapitule. Dans ces “Acoustic Joys”, vous ne trouverez pas de pseudo-poésie pseudo-torturée, ni d’histoires réalistes qui racontent que la vraie vie c’est au café du coin putain tu vois, ni de traits d’esprits qui font mouche et n’émeuvent personne. Vous ne trouverez pas non plus de duos bidon, et de collaborations tendance avec les mêmes qu’on voit partout.

Par contre… En revanche… vous y trouverez ce qu’on est en droit d’attendre d’un album : des fleurs sauvages. Des reflets sur l’eau. Des petits éblouissements de poche. Des yeux bleus ciels d’argent. Des heures en avion au dessus de l’océan. Des parfums clairs et des printemps fanés. Des petits dessins griffonnés au téléphone. Voilà… toutes ces choses insaisissables qui sont la poésie, le charme… la magie d’écarter les engrenages du temps… toutes ces choses qui font qu’une jeune femme chante, que c’est beau, et que l’espace d’un instant plus rien d’autre n’existe.

Mardi 29 Mars 2011 - 20:07



Nouveau commentaire :

sur cette page