Connectez-vous S'inscrire

ERIN MCKEOWN - Hundreds of Lions


Révélée par le public américain avec plus de sept albums déjà à son actif, Erin McKeown débarque cette semaine en France avec "Hundreds of Lions", un disque croisant folk americana, popsongs mille-feuilles et inspirations classieuses (Fiona Apple, Ani Di Franco, chez qui Erin signe son nouveau disque) Après un concert sold-out acclamé par la critique londonienne, Erin McKeown sera en concert ce jeudi 28 janvier à la Java avec Anais Mitchell.



Dix ans d’une carrière dynamique marquée par 7 albums, 2 EP et un album live, Erin Mc Keown aujourd’hui âgée de 31 ans n’a pas perdu de temps et livre aujourd’hui "Hundreds of Lions" son premier album de morceaux inédits depuis 2005. Multi-instrumentiste, avec près de 200 concerts par an, Erin est également devenue une artiste de studio pour enregistrer des voix, du piano, de la basse et évidemment des parties de guitare pour d’autres artistes tout en travaillant régulièrement sur ce qui allait devenir "Hundreds of Lions".

Signée aujourd'hui sur Righteous Babe, le label d'Ani Di Franco, le disque d'Erin McKeown est également celui des retrouvailles pour les deux artistes qui s'étaient déjà croisées en 1999. Ani Di Franco avait alors écouté "Distillation" – Le seul autre album qu’Erin ait enregistré en auto production - et l’avait pour la première fois invitée sur sa tournée la même année. Dans la décennie suivante, Erin a su construire un catalogue et une carrière qui ont influencé de nombreux nouveaux songwriters de la même façon qu’Ani avait inspiré Erin. Produit par Sam Kassirer et mixé par Brian Deck (Modest Mouse), "Hundreds of lions" est une perle de songwriting à la fois folk et pop. Cet album enregistré sur trois ans marque l’apogée d’une artiste unique ayant déjà 10 ans de carrière.

La décision de créer Hundreds of Lions indépendamment a permis à Erin d’avoir le luxe (qu’elle n’avait jamais eu auparavant) de passer du temps à nourrir ses nouvelles chansons. Sans label qui regarde l’horloge, Sam et Erin se sont retirés dans une ferme transformée en studio située dans une poche rurale de la Nouvelle Angleterre et ont expérimenté. Ils ont introduit des sons acoustiques dans des synthétiseurs. Ils ont programmé des gribouillis électroniques qu’ils ont mêlés à un orchestre de cordes enregistré dans une église rurale en bas de la rue. Les cuivres et les bois contrairement aux habitudes ont été enregistrés très tôt pour en faire le cœur de l’album au lieu d’en faire la dernière couche.

Les fans ont entendu l’album joué dans son intégralité dans l’épisode final de Cabin Fever, une série en quatre parties de concerts à la maison filmés pour internet qu’Erin a fait l’été dernier afin de rassembler des fonds pour enregistrer l’album. Travailler en dehors du système apporte des défis – Cela requiert de la patience, un bon sens de l’aventure et une volonté de fer pour trouver comment diffuser en streaming un concert donné au milieu d’une rivière – mais maintenant Erin a le disque parfait pour marquer comme il se doit ses 10 ans de carrière.

A l’aube de cette nouvelle décennie, Erin s’exprime aussi en tant qu’écrivain – A travers des essais et des poésies – mais aussi en tant qu’activiste en faisant du lobby pour une meilleure politique de l’énergie sur Capitol Hill et en donnant des cours de songwriting dans des camps d’été pour des filles qui veulent faire du rock. Aujourd'hui, Erin est plus que jamais dédiée à son métier et à sa communauté et prête à défendre cet album qui a nécessité plusieurs années de gestation.

Lundi 25 Janvier 2010 - 12:39



Nouveau commentaire :

sur cette page