Connectez-vous S'inscrire

Elie Semoun trouve "très bien" la fermeture de Megaupload


L'humoriste français est irrité par le téléchargement illégal et s'en est ouvert sur le site internet de France Soir, lundi. "Les gens ne se rendent pas compte que c'est une manière de voler les artistes", explique Elie Semoun, questionné sur la fermeture du site d'hébergement de fichiers Megaupload.com, la semaine dernière.



"Je trouve ça très bien." Telle est la réaction d'Elie Semoun, questionné lundi par France Soir, sur la fermeture du site d'hébergement de fichiers Megaupload.com, la semaine dernière. Pour l'humoriste français, "les gens ne se rendent pas compte que c'est une manière de voler les artistes".

Et le comédien de 48 ans de développer son opinion, sur le site internet, en s'appuyant sur un incident s'étant déroulé, à Paris, la semaine dernière, lors d'une soirée de Tranches de vie, son nouveau spectacle. "Une femme s'est mise à filmer mon spectacle", raconte-t-il : "Je lui ai demandé d'arrêter. Le lendemain, elle a posté un commentaire désobligeant sur Twitter, ce qui a suscité une vive polémique." "Les gens ne se rendent pas compte que c'est perturbant pour un artiste de voir quelqu'un vous filmer ou vous prendre en photo, alors que vous êtes en train de jouer", observe Elie Semoun.

"Le monde à l'envers"

"L'autre soir, Muriel Robin (la comédienne qui met en scène son spectacle, NDLR) est venue assister à mon spectacle", raconte-t-il : "Elle s'est assise en plein milieu de la salle pour voir la réaction des spectateurs. Elle a été scandalisée de voir que les flashs crépitaient dans tous les sens." "Et lorsque l'on dit des vérités, on passe pour des enfoirés. C'est le monde à l'envers", conclut le créateur des Petites Annonces d'Elie.

Installé à Hong Kong, Megaupload, qui affirmait rassembler chaque jour 50 millions d'utilisateurs et représenter 4% du web, a été fermé, la semaine dernière, par la justice américaine. Les autorités accusent les responsables de site d'hébergement de fichiers d'avoir causé un préjudice de 500 millions de dollars aux détenteurs des droits d'œuvres artistiques.

Mardi 31 Janvier 2012 - 16:03



Nouveau commentaire :

sur cette page