Connectez-vous S'inscrire

Fais-moi plaisir ! en DVD

Sortie en dvd le 6 janvier 2010


De Emmanuel Mouret
Avec Emmanuel Mouret, Judith Godrèche, Deborah François et Frédérique Bel



Une comédie burlesque sur le couple, le désir et ses petites contrariétés

Ariane est persuadée que son compagnon Jean-Jacques fantasme sur une autre femme. Pour sauver son couple, elle lui demande d’avoir une aventure avec celle-ci. Lorsque Jean-Jacques se rend chez cette femme qu’il connaît à peine, il ne sait pas encore qu’il s’agit de la fille du Président de la République...

EN BONUS
- Caresse, un court métrage inédit de Emmanuel Mouret (1998 – 12min’)

Les jeux de l'amour

L'action du film se déroule en "24 heures pendant lesquelles un homme a trois occasions avec trois femmes différentes de passer un moment agréable, mais à chaque fois cela lui glisse entre les doigts", note le cinéaste, qui précise : "Le film est construit comme une fable dont la morale pourrait être " qui croyait prendre est pris ", une morale qui s'adresse à chacun des deux personnages du couple : Ariane, la copine de Jean-Jacques l'incite à aller coucher avec une autre femme pour sauver leur couple. Elle préfère savoir qu'il la trompe avec une inconnue plutôt qu'il fantasme sur elle et éventuellement la trompe dans son dos. Elle veut aborder son couple d'une façon consciente et moderne. Jean-Jacques, de son côté, a peu d'hésitation et succombe à la tentation mais n'arrivera jamais à ses fins."

Il est de la Party

On pense forcément à La Party de Blake Edwards en assistant aux déboires du héros, qui commet des maladresses en série au cours d'une soirée mondaine... "Blake Edwards fait vraiment partie des réalisateurs de mon adolescence, surtout avec The Party", reconnaît Emmanuel Mouret. "Le film est non seulement envoûtant, drôle, beau, élégant, mais aussi profond, surtout grâce à l'interprétation de Peter Sellers. Il joue un homme qui essaie de tout bien faire et qui fait tout mal, sauf dans le regard d'une tendre jeune femme. Quand on est adolescent, ou même adulte, et que l'on se sent un peu dépassé par le monde qui nous entoure, c'est très réconfortant de savoir qu'il existe peut être une personne qui pose un regard tendre sur nous."

Oh les filles ! oh les filles !
Emmanuel Mouret sait s'entourer... Après Marie Gillain (Laissons Lucie faire), Fanny Valette (Changement d'adresse) ou Virginie Ledoyen (Un baiser s'il vous plaît), l'acteur-réalisateur a choisi deux autres charmantes demoiselles : Judith Godrèche et Déborah François. A propos de la première, il note : "Judith a un potentiel comique que je trouve extraordinaire (...) Elle n'a peur de rien, elle a quelque chose des actrices américaines, cette capacité à aller à fond dans une direction tout en restant très sincère. Elle peut donc jouer la femme débordant de désir sans jamais être vulgaire tout en restant très belle." Et à propos de Déborah François, il explique : "Je l'avais croisée un an plus tôt dans un festival et j'avais beaucoup aimé notre rencontre (...) Je la trouve craquante. Et en même temps très simple, très sobre. Je lui trouve un naturel plein de grâce et de modestie."

"être délicatement trivial"
Fais-moi plaisir ! a une dimension burlesque plus marquée que les précédents films d'Emmanuel Mouret. A propos de son goût pour les gags et de son rapport au réalisme, le réalisateur précise : " Personnellement, je ne me soucie guère d'être réaliste. Quand je suis au cinéma, je n'ai aucun problème à croire aux sentiments des extra-terrestres ou des vampires. Le film se déroule à une époque qui ressemble à la nôtre et je m'en inspire bien évidemment. Mais je ne veux pas que cela bride mes envies ! Un film pour moi ce n'est pas la vie. Et je crois que pour un grand nombre des gens qui aiment le cinéma, le cinéma c'est un peu plus que la vie ! Quant au coup de la braguette [un des gags du film], même si c'est trivial, c'est bien plus qu'un détail. C'est même une des choses qui m'a le plus motivé pour faire ce film. J'adore ce genre de gag au cinéma ! C'est le burlesque qui au départ m'a donné envie de faire des films. Et puis la trivialité a cela de passionnant qu'elle touche notre être le plus directement et intimement. Elle n'a rien à voir avec la vulgarité, qui est pour moi synonyme de laideur. Etre délicatement trivial, voilà mon ambition."

Moi je joue
Comme dans ses précédents films, Emmanuel Mouret interprète lui-même le rôle principal. Il confie : "A chaque fin de film, je me dis qu'il faut que j'arrête de jouer mais... Si j'ai commencé à jouer dans mes courts métrages, c'était naïvement pour faire pareil que des cinéastes que j'admire : Woody Allen, Jacques Tati, Jerry Lewis, Sacha Guitry, Buster Keaton... J'aimais dans leur film l'ironie et la complicité que leur présence produit avec le spectateur. Et puis, j'ai observé que lorsqu'un metteur en scène joue dans son propre film, on oublie plus facilement les précédents rôles des acteurs connus qui l'entourent. Cela rend le film plus personnel."

Toujours Bel
C'est la troisième fois qu'Emmanuel Mouret s'est choisi comme partenaire Frédérique Bel, actrice qui avait révélé sa sensibilité dans Changement d'adresse et qu'on avait retrouvée dans Un baiser s'il vous plaît.
Clin d'oeil

Le producteur Frédéric Niedermayer fait une apparition dans le film, dans le rôle de Jean-Paul. Et au détour d'une réplique, il est question d'une banque espagnole Niedermayer...

Lundi 23 Novembre 2009 - 16:27



Nouveau commentaire :

sur cette page