Connectez-vous S'inscrire

Gagner aux jeux télé n'est pas le fruit du hasard




Le casting des candidats aux jeux télé laisse peu de place au hasard. C’est la conclusion qu’impose une enquête de Télé Star d’où il ressort que pour “Les Douze Coups de midi”, “Money Drop”, “N’oubliez pas les paroles”, “Questions pour un champion”, “Une famille en or”, les consignes sont les mêmes.

Après une inscription par téléphone ou sur internet, les candidats à la candidature sont soumis à une sélection à Paris, à leurs frais, sauf pour l“Une famille en or”, qui prend en charge les déplacements. “On ne retient que 3 à 7% des gens que l’on voit. On cherche toujours des jolies filles ou bien des jeunes mais majoritairement, on traque des personnalités », explique au magazine, David Briend, directeur de casting d’Endemol pendant 10 ans. “Il faut être capable d’assurer le show devant 200 personnes », précise Thomas Isle, le producteur artistique d’Air Productions. Suivent quelques témoiganages. Vanessa, 39 ans, a participé à ”Une famille en or" : “Pour une famille en or, on nous a demandé d’arriver à six au casting : c’est la production qui détermine quels sont les cinq qui composeront la famille. Elle ne tient pas du tout compte de celui que l’on avait préalablement désigné”, confie-t-elle.

Même les anecdotes racontées par les candidats ne sont pas toujours authentiques. Plus c’est gros, plus on a de chances d’être sélectionné. Amélie, elle aussi, ex candidate de “Une famille en or”, s’est vue proposer par la production d’inventer une histoire de petit ami échangé avec sa sœur jumelle, rapporte TéléStar. Même scénario pour “Les Z’amours” : “Les gens qui passent le casting savent très bien ce qu’ils font : ils sont décomplexés et amusés à l’idée de faire rire leurs proches ou de les choquer”, confie un ancien directeur de casting.

La longévité des candidats n’est pas seulement due à leurs compétences. Christophe, 130 victoires et 157 700 euros de gains à “Tout le monde veut prendre sa place” était systématiquement interrogé sur le cinéma, son domaine de prédilection. Quelques affaires de triche sont aussi à déplorer : Olivier Chiabodo, présentateur du jeu “Intervilles”, a été licencié par TF1 en 1997 pour avoir discrètement indiqué avec ses doigts la bonne réponse à un candidat. En septembre dernier, magazine Entrevue accuse “Les Douze coups de Midi” d’avoir trafiqué une réponse pour sauver “le Maître du midi” du moment. La production plaide le bug informatique. Il n’y a pas de contrôle pour le bon déroulement du jeu : “la loi du 23 juin 1989 n’impose le contrôle des jeux télé par un huissier qu’en cas de tirage au sort ou de vote des téléspectateurs en direct”, affirme maître Nadjar, huissier de plusieurs émissions.

Jeudi 19 Avril 2012 - 16:19



Nouveau commentaire :

sur cette page