Connectez-vous S'inscrire

Gentleman Jul' sort son premier album




Gentleman Jul' sort son premier album
Dans un film en noir et blanc de 1942 signé par Raoul Walsh, un boxeur d’origine irlandaise catholique rêve qu’il peut triompher et s’élever ainsi au dessus des discriminations d’une société américaine majoritairement protestante.

« Gentleman Jim » réussira au delà de toutes ses aspirations. Il deviendra champion du monde, épousera la fille de son patron…et finira même acteur !

Certes, la ville de Fatick au Sénégal où Gentleman Jul’ pousse ses premiers cris n’est pas San Francisco. Jul’ n’est pas blanc et irlandais mais black et sénégalais. Il ne pratique pas la boxe mais le chant, avec un style mélodique à la sensibilité reggae. Jul’ n’est pas Jim. Et l’Hexagone n’est pas l’Amérique…quoi que !

Les chaines de préjugés, les murailles à abattre, le poids des traditions ne sont ils pas les mêmes ? Jul’ a choisi l’arme musicale pour les combattre, à sa manière.

Sa voix si caractéristique qui s’inscrit dans la tradition de Cliff, de Tosh et bien entendu des rastas africains tels que Lucky Dube, Alpha Blondy et Tiken Jah, culmine au-dessus des mélodies tropicales et des séquences cool dance-hall qui enluminent le disque..

Les nombreux traits d’humour qui colorent ses textes et sa sensibilité à fleur de peau font de ce Gentleman-là, avant tout, un merveilleux faiseur de chansons qui nous raconte en français ses histoires sans jamais rien sacrifier de ses racines ancestrales. .

Le mbalax et les rythmes sénégalais sont en filigranes, comme le reggae tropical, mais la fusion de Jul’ s’ouvre aussi largement à la pop-music comme à la chanson.

Du fun « Ebolina Boum Boum » à la balade country acoustique « Vivre » qui ose le banjo, en passant par l’imparable « Fais tanguer » qui évoque tous ces émigrés qui bravent la mort sur des pirogues pour aller jusqu’au bout de leur voyage, le raggamuffin agité de « Politique action », l’énergique « Faut qu’ça dégouline », le délirant «Oh Mama Mia! » ou le slow façon love de « Dans les jardins de l’été », Gentleman Jul’ ne se contente pas de nous en faire voir de toutes les couleurs, il nous les fait aussi entendre.

Franc-tireur sachant aborder les sujets graves avec légèreté et douceur, vecteur d'espoir et de bonne humeur, l’aristo-cool saura-t-il faire fleurir des sourires sur les lèvres des plus cyniques d'entre nous?

Une possible boussole pour nous indiquer le chemin d’une fraternité encore à trouver...

Samedi 27 Mars 2010 - 22:38



Nouveau commentaire :

sur cette page