Connectez-vous S'inscrire

Holiday

Date de sortie cinéma : 8 décembre 2010




Un soir, Michel Trémois échoue dans la pharmacie d'une gare de province et se remémore le fil des événements qui, en deux jours, ont fait basculer sa vie : parti en week-end avec sa femme Nadine pour reconstruire leur couple et sauver leur sexualité, rien ne s'est finalement passé comme prévu...
Après une nuit folle et tumultueuse agrémentée de rencontres singulières, le réveil de Michel est brutal et douloureux. Non seulement il se retrouve accusé de meurtre mais sa femme est introuvable...

Réalisé par Guillaume Nicloux
Avec Jean-Pierre Darroussin, Judith Godrèche, Josiane Balasko...

Et de 9 !
Il s'agit du neuvième film du réalisateur Guillaume Nicloux qui a commencé sa carrière au cinéma en 1990 avec Les Enfants volants.

Retrouvailles
Le réalisateur avait déjà dirigé Josiane Balasko dans Cette femme-là en 2003 et dans La Clef en 2006, et Jean-Pierre Darroussin dans Le Poulpe en 1998 et dans Une Affaire privée (2001).

Genèse du projet
Le réalisateur Guillaume Nicloux raconte la genèse du film : "il y a (...) une part de hasard dans la genèse d’Holiday.Pendant plusieurs mois, j’avais élaboré un film tourné à l’étranger, pensé pour des comédiens anglo-saxons. Un projet beaucoup plus long à mettre en œuvre. Parallèlement, une autre piste de travail avait pris forme : une adaptation de La Religieuse de Diderot. Entre ces deux pôles s’est glissée l’envie urgente d’un film ludique et distrayant, porté par un esprit de troupe constitué de comédiens et de techniciens avec lesquels j’aime me retrouver."

Un hôtel nommé château
Le choix de l'hôtel a été capital pour le film. Le réalisateur s'est souvenu d'un endroit proche de Cahors près duquel il avait tourné le téléfilm La Vie crevée (TV). Il s'agit du château de Mercuès, que le réalisateur présente ainsi : "Je voulais un château qui corresponde à l’imagerie collective et dont l’architecture lui confère un charme nostalgique, avec des chambres très grandes mais assez rococo, presque désuètes. Ce lieu permettait aussi d’accentuer le contraste entre son aspect extérieur, très digne et chargé d’histoire, et son personnel et sa clientèle, qui ne sont pas exactement à la hauteur de ce type d’établissement".

Musique d'ambiance
Le réalisateur Guillaume Nicloux parle de son idée de faire appel à Julien Doré pour la musique de son film : "De plus j’avais envie d’une bande originale chantée et que le compositeur prenne en charge l’ensemble de l’univers musical. Nous nous sommes donc amusés à créer des morceaux qui servent non seulement le traitement externe du film mais aussi les sources sonores provenant de l’ascenseur, de la télé, du restaurant, d’une radio ou même d’une bouche".

Montage sur place
Le monteur Guy Lecorne est venu dès le début du tournage et travaillait au fur et à mesure de l'avancement du film.

Une BO Dorée
Julien Doré est le compositeur de la bande originale. Il est venu composer une partie de la musique sur le tournage afin d’être au cœur du film.

Thème récurrent
Le réalisateur renoue avec une certaine forme d’humour qu'il avait développée dans son premier film tourné il y a vingt ans, La Piste aux étoiles, un court-métrage.

Lundi 15 Novembre 2010 - 19:18



Nouveau commentaire :

sur cette page