Connectez-vous S'inscrire

Imany - The Shape Of a Broken Heart


Elle était jusqu’à présent le plus joli buzz de Paris… Quelques apparitions en première partie d’artistes de renom international comme Angie Stone ou Wasis Diop. Des résidences choisies dans l’intimité de lieux parisiens dont le velours s’offrait à elle en écrin. Une présence remarquée à l’affiche de la récente tournée française de Ben L’Oncle Soul. De quoi nourrir la curiosité et élargir le cercle de ses admirateurs.



L’EP Acoustic Sessions*, sorti en novembre 2010, a révélé une interprète à part entière, au timbre vocal original, d’une texture sensuelle. S’y dessinait le portrait intime d’une femme libre, d’une affranchie, qui fait de chaque émotion une offrande et le gage d’une intransigeante sincérité.

Il était tout naturel qu’Imany revienne avec cette fois un album : The Shape of a broken heart. Enregistré au studio Question de Son et réalisé par As’ (Grace, Wasis Diop) pour le label Thinkzik, l’album propose 12 chansons en anglais auquel participent des musiciens parmi les plus renommés de Paris : les bassistes Laurent Vernerey (Hallyday, Souchon, Biolay…) et Stéphane Castry (Asa, Kezia Jones, Kassav’), le percussionniste Steve Shehan (Paul Simon, Paul Mc Cartney), le clavier Johann Dalgaard (Gaétan Roussel, Hallyday), le batteur Latabi Diouani (Angélique Kidjo, Grace, Souad Massi) et la violoncelliste Valentine Duteil. Les guitaristes Taofik Farah (acoustique) et Stéfane Goldman (électrique) complètent cette formation de haut vol.



Avec The Shape of a broken heart, premier album à l’arôme soul folk dominant, Imany propose ce qu’elle a de plus profond, de plus secret, invitant à parcourir le relief aux multiples aspérités d’une âme passionnée. Elle ne s’épargne ni le réalisme renfrogné de Where Have You Been ni le romantisme teinté de nostalgie de Kisses In The Dark. Telle une chanteuse de blues, on l’y trouve orgueilleuse, luttant contre ses propres sentiments, dans You Will Never Know. Ou au contraire apaisée, rayonnante de sagesse dans Take Care, chanté en partie en Comorien. Et toujours désarmante comme sur Shape of A Broken Heart, d’où émerge cette lumière capable de juger la seule beauté qui ne s’efface jamais : celle de l’intérieur.



Sortie le 2 mai 2011.

Samedi 12 Mars 2011 - 17:05



Nouveau commentaire :

sur cette page