Connectez-vous S'inscrire

Inside man - L'homme de L'interieur en DVD

Sortie en DVD le 24 Octobre 2006





Résumé du film : Ce devait être le hold-up parfait, le chef-d’œuvre d’un génie du crime.

Le décor : une grande banque de Manhattan. Les protagonistes : un commando masqué, cagoulé, lunetté et des dizaines d’otages affolé, contraints de revêtir la même combinaison passe-partout que les braqueurs. L’enjeu : la salle des coffres et ses trésors ? Ou un vieux secret dont seuls deux personnes connaissent l’importance.

Aujourd’hui, confiné dans une cellule, le cerveau de la bande s’explique. Mais, attention, chaque mot compte, et aucun indice ne vous sera livré au hasard. Prêts ? Ce matin-là, donc, quatre peintres en bâtiment franchissaient le seuil de la Manhattan Trust Bank…

Brian Grazer et Spike Lee firent connaissance il y a plusieurs années, lors d’une cérémonie des Oscars. Lee avait été nommé en 1990 dans la catégorie «meilleur scénario original» pour DO THE RIGHT THING, et Grazer cinq ans plus tôt, pour la comédie romantique SPLASH.
Au fil des ans, les deux hommes eurent plusieurs autres rencontres et évoquèrent divers projets communs. Aucun n’avait encore abouti avant INSIDE MAN…

Grazer avait acheté récemment les droits d’un scénario de thriller à un nouveau venu : Russell Gerwitz. Il s’interrogeait sur le choix d’un metteur en scène lorsqu’une nouvelle rencontre - fortuite - avec Spike Lee lui fournit la réponse. Un réalisateur chevronné a rarement l’occasion de dénicher un scénario qui constitue pour lui un challenge inédit.

Après avoir écrit et réalisé une série de films engagés, polémiques, à fort contenu social, Spike Lee fut ravi d’exercer ses dons sur un thriller sophistiqué et brillamment agencé : «Russell Gerwitz aborde ici le «film de braquage» sous un angle original et captivant. UN APRÈS-MIDI DE CHIEN est l’un de mes films favoris. Ce script en est un peu la version contemporaine. Je l’ai aimé et j’ai eu envie de le tourner.»

FLICS ET VOLEURS

La trame d’INSIDE MAN entrecroise trois histoires d’égale importance, portées par l’inspecteur Keith Frazier (Denzel Washington), le braqueur Dalton Russell (Clive Owen) et l’énigmatique médiatrice Madeline White (Jodie Foster). C’est Russell qui, d’emblée, donne le ton en s’adressant au spectateur et en l’incitant à la plus extrême vigilance : «Écoutez bien ce que je dis, car chaque mot compte, et je ne me répète jamais.» De fait, l’attention du spectateur et ses facultés mentales seront abondamment sollicitées, certains indices capitaux lui étant livrés ex abrupto au détour d’une scène. Cette intrigue à haute tension, labyrinthique et jubilatoire, appelait un casting royal.

INSIDE MAN marque la quatrième collaboration de Denzel Washington et Spike Lee après HE GOT GAME, MO’ BETTER BLUES et MALCOLM X, qui valut à l’acteur une citation à l’Oscar pour son interprétation magistrale du leader islamiste

FAUSSES PISTES, LEURRES ET MYSTIFICATIONS

Aucun détail n’est superflu, aucun indice n’est livré au hasard dans INSIDE MAN. Tout est prémédité, chaque pièce du puzzle a son importance… mais quid du tableau final ? INSIDE MAN est à la fois le récit d’un hold up parfait et un hommage oblique aux grands thrillers urbains des années soixante-dix, un cocktail d’action et de suspense enrichi d’une réflexion ironique sur le pouvoir et la corruption, un trompe-l’oeil de haut vol qui prendra à revers chaque spectateur.

Ce scénario d’une rare habileté constituait aussi un challenge technique pour Spike Lee, son chef décorateur et son directeur de la photographie. Comment retenir l’attention du public alors que la majorité des scènes se déroule à huis clos dans un seul et même décor ? Comment obtenir une ambiance de thriller lorsque les affrontements verbaux prennent le pas sur les coups de feu et les traditionnelles poursuites de voitures ?

Pour tourner à son avantage ces contraintes, Lee et son chef opérateur, Matthew Libatique, décidèrent d’employer une technique que le réalisateur avait déjà utilisée à plusieurs reprises avec succès : filmer les dialogues à deux caméras. Capter ainsi du même coup le champ et le contrechamp ne permet pas seulement de gagner du temps et de recueillir davantage de matériau, mais aussi de profiter au mieux de l’énergie investie par les comédiens. Ce procédé demande néanmoins une solide pratique, ce qui dissuade nombre de réalisateurs d’y recourir.

LE TOURNAGE

Le tournage s’est déroulé intégralement à New York, de juin à août 2005. La création des décors s’effectua sous la direction du vétéran Wynn Thomas, qui collabore avec Spike Lee depuis son premier long-métrage, NOLA DARLING N’EN FAIT QU’À SA TÊTE.

LES COMEDIENS

DENZEL WASHINGTON (Inspecteur Keith Frazier)
Cry Freedom (1987) ; Mo’Better Blues (1990) ;Malcom X (1992) ;Philadelphia (1993) ; He Got Game (1998), Bone Collector (1999) ; Hurricane Carter (1999) ;Training Day (2001); John Q (2002) ; Man on Fire (2004)

CLIVE OWEN (Dalton Russell)
Gosford Park (2001) ; La Mémoire dans la Peau (2002) ; Closer (2004) ; Sin City (2005) ; Derailed (2005)

JODIE FOSTER (Madeleine White)
Alice n’est plus ici (1974);Taxi Driver (1976) ; Le Sang des Autres (1984) ; Les Accusés (1988);Le Silence des Agneaux (1991), Maverick (1994) ; Panic Room (2002) ; Un Long Dimanche de Fiançailles (2004) ; Flightplan (2005).

CHRISTOPHER PLUMMER (Arthur Case)
La Mélodie du Bonheur (1965), L’Homme Qui Voulait être Roi (1975), Malcom X (1992), L’Armée des 12 Singes (1995), Révélations (1999), Un Homme d’Exception (2001), Alexandre (2004), Syriana (2005).

WILLEM DAFOE (le capitaine John Darius)
Platoon (1986), La Dernière Tentation du Christ (1988) , Mississippi Burning (1988), Né un 4 Juillet (1989) ; Le Patient Anglais (1996) ; Existenz (1999) ; American Psycho (2000) ; Spider-man 2 52004° . Aviator (2004); Manderlay (2005) ;Paris, Je T’aime (2006)

CHIWETEL EJIOFOR (L’ inspecteur Bill Mitchell)
Dirty Pretty Things (2002); Melinda et Melinda (2004) : She Hate Me ( )

LE RÉALISATEUR

SPIKE LEE

Nola Darling N’en Fait Qu’A Sa Tête (1986), Do The Right Thing (1989), Mo’Better Blues (1990), Jungle Fever (1991), Malcom X (1992), Girl 6 (1996), Summer Of Sam (1999), La 25ème Heure (2002), She Hate Me (2004)

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DU DVD

Format : Anamorphic Widescreen -2.35 :1
Langues : Français 5.1 Surround, Anglais 5.1 Surround
Sous-titres : Anglais pour sourds et malentendants, Français

Samedi 28 Octobre 2006 - 20:52
sur cette page