Connectez-vous S'inscrire

Jean-Marie Bigard prie 10 fois par jour




Jean-Marie Bigard est un fervent catholique qui prie 10 fois par jour. Interrogé par «Paris Match», il considére son diabète, diagnostiqué il y a 14 ans, comme un cadeau de Dieu: «A 43 ans, je serais mort d’un coma éthylique si Dieu ne m’avait pas imposé cette astreinte.»

C’est dans la religion catholique qu’il a trouvé de quoi accepter l’insupportable. Car un an après la mort de sa mère, c’est son père qui est assassiné à coups de hache par l’amant de sa deuxième femme. Ensuite, à 43 ans, Bigard le fêtard, l’amuseur debout sur la table jusqu’à pas d’heure, apprend qu’il est diabétique (le pancréas ne fournit plus d’insuline). D’autres, à sa place, auraient envoyé valser les dix commandements. Lui non. « C’est que Dieu m’a jugé digne de porter ce joug. Mon diabète ? C’est un ­cadeau. Dieu m’envoie un signe : il veut me garder. A 43 ans, je serais mort d’un coma éthylique si Dieu ne m’avait pas imposé cette astreinte. »

Marié depuis le mois de mai à la comédienne de 29 ans, Lola Marois, l’humoriste qui se considérait « comme un sanglier solitaire » parle de sa toute première expérience de la vie de couple. Oui, car durant les 18 ans de sa relation avec Claudia, la mère de son fils, Bigard n’a jamais habité avec elle. S’il l’a quitté juste après la naissance de Sasha, il continue de la protéger, bien qu’il considère leur union comme un mariage plus ou moins blanc, atypique.

Quand elle l’a rencontré, Bigard jouait « Mon psy va mieux ». Après le spectacle, elle se retrouve avec des amis dans sa loge. « Je l’ai vu flasher sur moi… Ensuite, il m’a appelée à la maison pour m’inviter à dîner. Dîner avec Jean-Marie Bigard ! Pour moi, ça tenait du défi, de l’aventure. Et puis… je l’ai trouvé viril. Epaules carrées, confiance en lui, de la bouteille, il faisait rire, un vrai mec ! »

L’homme dit s’être libéré de ses névroses. En 20 ans, il a consulté des thérapeutes, des prêtres, des psys et même un gourou indien, mais c’est dans la religion catholique qu’il a trouvé son salut.

Mardi 3 Janvier 2012 - 18:29



Nouveau commentaire :

sur cette page