Connectez-vous S'inscrire

Johnny Hallyday se sépare de son producteur, Jean-Claude Camus




johnny-3-johnny-hallyday-in-wheelchair-at-lax_326.jpgLe feu couvait depuis des mois, rien n’allait plus entre Johnny Hallyday et son producteur, Jean-Claude Camus, depuis qu’hospitalisé l’hiver dernier, aux Etats-Unis, au terme de complications chirurgicales, le chanteur avait dû mettre sa carrière entre parenthèses. Après plusieurs semaines d’hésitation, l’artiste a décidé de se séparer de celui qui manageait sa carrière depuis de longues années, de rompre avec l’homme qui était à la fois son confident et son grand argentier.

Et c’est justement en raison de différends d’ordre financier que Johnny Hallyday a fini par lâcher celui qui avait fait l’objet de nombreuses critiques lors de l’hospitalisation du chanteur à Los Angeles (photo), où l’omniprésence de Jean Claude Camus avait agacé et divisé le clan Hallyday.

Partiellement rétabli, mais confronté à d’importantes difficultés financières, en raison de l’arrêt de sa tournée, Johnny Hallyday s’était vite retourné vers son producteur afin que ce denier renfloue ses comptes, en attendant des jours meilleurs. Ce qu’a pu faire ce dernier, la « machine Hallyday » ne produisant plus rien avec l’interruption de ce qui devait être sa toute dernière tournée, d’un montant d’une trentaine de millions d’euros au total.

Jean-Claude-Camus_articlephoto.jpgAu cœur du printemps, le groupe Lagardère, par l’entremise de Jean-Pierre Elkabbach, s’était manifesté et avait tenté de convaincre Johnny Hallyday de lui confier ses intérets et la fin de sa carrière: une tentative restée vaine, malgré l’instance d’Arnaud Lagardère lui-même.


Depuis, la quasi-totalité des producteurs français, jusqu’au PDG de la propre maison de disques de « Johnny », Warner Music, Thierry Chassagne, ont proposé leurs services à l’artiste. Durant toute cette période, c’est Jean-Claude Darmon, l’ancien industriel du « foot-business » en France, un intime de Johnny Hallyday, qui s’est mis en chasse d’un nouveau producteur.

Et c’est finalement l’un des plus puissants de la place, Gilbert Coullier, qui a accepté, à la demande de Johnny Hallyday lui-même, de revenir à ses cotés, les deux hommes ayant longuement travaillé ensemble par le passé. Exit Camus (photo).

A la tête d’une importante société de spectacles - Coullier Organisation - Gilbert Coullier est, entre autres, celui qui gère les carrières de très nombreux artistes, comme Laurent Gerra ou Gad Elmaleh, et qui supervise la carrière de Céline Dion, en Europe. Un poids lourd du marché qui produit en ce moment le spectacle à guichets fermés consacré à Jo Dassin.

Le retour dans le giron du clan Hallyday de celui qui ne s’était jamais vraiment éloigné de son ancien complice (photo) signe la fin brutale des relations entre l’artiste et un Jean-Claude Camus désormais sur la touche. Reste la question de fond: producteur ou pas, Hallyday n’est pas en mesure de remonter sur scène avant 2012. D’ici là, le chanteur va devoir reconstruire une carrière encalminée. C’est toute la tâche qui attend son nouveau mentor. Johnny Hallyday officialisera cet accord dans le cadre d'un entretien qu'il a accordé au journaliste et écrivain Daniel Rondeau, interview que devrait publier le Journal du Dimanche ce samedi.

Jeudi 2 Septembre 2010 - 16:56



Nouveau commentaire :

sur cette page