Connectez-vous S'inscrire

Joyce Didonato - Diva Divo




Sur le modèle Victor et Victoria, Virgin met en scène Joyce Di Donato dans des rôles féminins et de travestis. Les airs sont tirés de Chérubin, Ariane et Cendrillon de Massenet, Les Noces de Figaro et la Clémence de Titus de Mozart, La Clémence de Titus de Gluck, La Damnation de Faust et Roméo et Juliette de Berlioz, Faust de Gounod, Le Barbier de Séville et La Cenerentola de Rossini; I Capouletti e i Montecchi de Bellini et Ariadne auf Naxos de Strauss.

Le programme, où Joyce DiDonato incarne la femme Susanna et l'adolescent Cherubino, Cendrillon chez Rossini et le Prince Charmant chez Massenet, Ariane de Massenet et le compositeur chez Strauss, Vitellia est à la fois astucieux et abordable par le néophyte comme le spécialiste.

Il confirme aussi le pouvoir d'incarnation de cette chanteuse exceptionnelle. Un petit détour par « D'Amour l'ardente flamme », plage 10 et sa brûlante fin "ses doux baisers d'amour" vous dira tout de cette artiste et de ce disque, si loin de la "conserve". Elle est, de ce point de vue, l'exact contraire d'Elina Garanca, qui reste tellement sur son quant à soi. DiDonato la rossinienne est parfaite dans Rosine ou Cendrillon et le répertoire français la voit se consumer. L'anxiété, l'amour, les élans et les espoirs: tout y est, magnifiquement mis dans un écrin sonore par Kazushi Ono.

L'un des récitals de 2011, assurément.

Mercredi 6 Avril 2011 - 11:54



Nouveau commentaire :

sur cette page