Connectez-vous S'inscrire

Kady Diarra - Nouomou

Sortie le 10 septembre 2009




Cet album «Noumou» contient des compositions et des arrangements modernes construits à partir des racines traditionnelles de Kady Diarra. C’est dans cet esprit d’ouverture que le balafon et les percussions des villages Bobo y croisent des lignes de guitare et des sections cuivre afrobeat. Dans le même temps, une guitare dobro rencontre le n’goni du chasseur au détour d’une incantation
pour les disparus de la famille.

Dans ses textes, Kady, fidèle à la tradition des griots, joue un rôle social et conseille ses frères et soeurs africains sur leur vie quotidienne. Elle leur donne espoir en l’avenir et rend hommage à ses ancêtres ainsi qu’à toutes les personnes qui comptent pour elle.

Le nom de l’album, « Noumou », se traduit en français par forgeron. Les griots et les forgerons, deux castes très liées, sont un des fondements de la culture ouest africaine. Grâce à leur travail, ils peuvent donner des outils aux paysans et embellir les femmes avec des bijoux. Ils servent également de juge de paix et de messager dans beaucoup de conflits familiaux.

LA BIO

Kady Diarra est originaire du pays Bobo au Burkina Faso. Mais elle née et grandis à Abidjan au début des années 70. Issue d'une famille de griots, très tôt elle accompagne sa mère, Nana Dembélé , durant les cérémonies et les réjouissances qui rythment la vie de la communauté Burkinabé en Cote d'Ivoire. Elle développera rapidement un goût prononcé pour la danse et travaillera avec plusieurs troupes à Abidjan. Dans la tradition Bobo, les griotes sont également des coiffeuses, et sa mère lui transmettra également l'art du tressage qui deviendra son premier métier dans les salons de coiffure de la capitale Ivoirienne.

Malgré la vie en côte d'Ivoire, la famille Diarra n'oublie pas le Burkina et Dami Diarra, le père, envoie toutes les années ses enfants à Djibasso, le village d'où est originaire la famille. Kady y passera des moments intenses avec sa grand mère, Baoné Dembélé , qui lui transmettra tous les secrets qu'une grand mère africaine doit délivrer à sa petite fille.

En 1992 toute la famille rentre au Burkina Faso et s'installe à Bobo Dioulasso. Kady n'a qu'une idée continuer dans la voie que sa mère lui à montré. Seydouba Silla chorégraphe du Ballet Coba du Houet, la repère et en fait l'une des danseuses principales. Ils gagneront le premier prix de la semaine nationale de la culture Burkinabé en 1994. La même année Adama Dramé, la voix évolue et l'engage dans la compagnie Foliba ; Ils iront tourner en Europe durant 3 mois avec une pièce de théâtre et un ballet.

De retour au Burkina Faso, Kady s'installe à Ouagadougou et travaille sur différents projets. Elle mets ses chansons et ses chorégraphies au service de la troupe Suruntu Kunu, s'en suivront une tournée en France en 1995, elle enregistre un conte pour la télévision Burkinabé, elle produit également des concerts à Ouagadougou.

En 1997 elle intègre l'orchestre Wountey comme choriste et danseuse et fait une tournée du Burkina Faso. Durant l'été elle partira en Suisse travailler avec le groupe Gondwana comme choriste, pour l'enregistrement d'un album fusion jazz et musique africaine, et une tournée de 30 dates.

En rentrant de Suisse, Kady décide de suivre les conseils de sa mère, elle recrute des musiciens et monte son groupe, elle opte pour un répertoire basé sur l'usage exclusif des instruments traditionnels. Elle se produira sur plusieurs festivals au Burkina Faso. Encouragée par l'accueil du public Burkinabé et déterminée à faire entendre la voie des femmes africaines Kady relève le défi de séduire un plus vaste public.

Dés 1999 elle vient tourner en France, accompagnée de 4 musiciens, avec le soutien d'associations basées en Ardèche qui l'aide à produire son premier album " faso Bara " en 2000. Depuis 1999 Kady Diarra a donné plus de 200 spectacles en France, elle enseigne la danse à de nombreuses élèves dans toute l'Europe et participe à des aventures originales : Choristes dans la formation jazz du pianiste Allemand Jasper Van't Hof, Pili Pili (pour une vingtaine de dates en Allemagne et en Autriche). Met en musique 2h30 de spectacle sur l'épopée de Soundjiata Keïta (empereur mandingue) conté par Toumani Kouyaté, spectacle produit par la mairie de Viry Chatillon. Croise la route de Youssou N'Dour au festival New Bagnol Blues ou Salif Keïta à L'auditorium de Lyon.

Aujourd'hui Kady Diarra à un pied au Burkina Faso et l'autre en France où elle enseigne la danse à travers des stages et des master class. 2004 marquera sa signature avec une maison de disque, Sunset édition, et la sortie de son nouvel album Dianako, avec une distribution internationale. Depuis Kady et sur la route accompagnée de ses musiciens et répand son charme et son sourire sur de nombreuses scènes.

Jeudi 27 Août 2009 - 18:56



Nouveau commentaire :

sur cette page