Connectez-vous S'inscrire

Kerredine Soltani - Sortie le 14 Mai 2012




Kerredine Soltani - Sortie le 14 Mai 2012
La ligne est pure. Le feeling, acoustique. Et rien n’est superflu. Comme une sensation de proximité, de vérité, et surtout de sincérité. La sincérité, la musique de Kerredine Soltani en est plein. C’est même son ADN. Entre une envolée de guitare manouche, une zébrure de violon qui saisit les tripes et un piano qui swingue, elle est surtout ensorceleuse et humaine à la fois. Après n’avoir cessé d’épauler les autres, Kerredine s’épaule lui-même. Pour de bon. Et surtout pour de vrai. Il s’ausculte aussi. Sa vie. Celle de ses proches. De la société. Et la notre bien évidemment. Il faudrait presque oublier son impressionnant palmarès pour écouter, vierge de tout jugement, ce premier album. Oublier ce palmarès assez renversant.

Quand on découvre et produit une certaine Zaz pour lui écrire Je veux, qu’on décroche un hit à seulement 19 ans (La Mélodie t’entraine) et que l’on compose et produit pour un nombre impressionnant de voix (Elisa Tovati, Caroline Costa, Sofia Essaïdi, Sofia Gon’s, Eilijah, Judith, Leila Meyn, etc.), pas facile de passer devant le micro. « C’était inconcevable pour moi de chanter. Un peu comme de décrocher le poste de milieu de terrain en équipe de France de football ! A la base, j’écris pour les autres. Là, j’ai juste composé ces chansons pour pousser un coup de gueule sur la crise et ce genre de sujets. Ce sont mes potes et les potes de mes potes qui ont aimé et au final m’ont poussé à chanter moi-même pour une fois… » Non seulement Kerredine n’aurait jamais imaginé accoucher d’un tel album, mais sa plume anti-crise et ses chansons où les rimes se font avec des noms atypiques (Hortefeux, Fadela, Rachida et Rama Yade sur J’veux m’intégrer) se retrouvent dans tous les médias. « Mon rêve, c’est de participer au débat, pas de décrocher une Victoire de la Musique. Je suis plus calé en politique qu’en musique. Sincèrement ! » Au final pourtant, Kerredine Soltani, entouré de ses talentueux musiciens Les mecs d’Oberkampf, bourlingueurs tout droit venus des bars de Ménilmontant et de Caravane Palace pour certains, réunit les deux : de la VRAIE musique et du VRAI débat !

Un débat que Kerredine empoigne des deux mains sur ce premier album, en parlant de la liberté de pouvoir faire les choses (Le Fils de la bohème), du stress du quotidien qui le happe (Parigo) et des véritables valeurs (J’ai l’impression). Un voyage également très personnel, zoomant sur les sentiments de son auteur. Sur des histoires d’amour cabossé (L’Amour n’existe pas), des histoires d’humour décalée (Le Verlan), des histoires de bonheur partagé (Emmène-moi) et des histoires on ne peut plus dédiées (la superbe et bien nommée Lettre à mes enfants). Un album à 360° en quelque sorte qui jongle entre commentaire social piquant, humour hilarant et aveux touchants. Surtout, un album retraçant sa vie déjà dense et plurielle, de l’enfance entre les disques des frères et sœurs (de Gilbert Montagné à Michael Jackson, de Mike Brant à Stevie Wonder !) au buzz récent des web épisodes de Je suis candidat pour 2012 et son casting de stars (Zaz, Anggun, Tal, Sofia Essaïdi, Mathilda May, Jade Foret, Fred Musa, Mickaël Miro et même Jack Lang !).

Kerredine voulait s’intégrer. Il intègre surtout la sphère des grands auteurs, compositeurs ET interprètes.

Dimanche 25 Mars 2012 - 04:27



Nouveau commentaire :

sur cette page