Connectez-vous S'inscrire

Kyrie Kristmanson – Origin of Stars


Découvrez son premier album "Origin of Stars"



Kyrie Kristmanson – Origin of Stars
Parfois, une toute jeune fille, un corps frêle, une voix ténue se révèlent êtres les instruments d’un souffle énorme, d’une puissance de prodige. Kyrie Kristmanson est ainsi : vingt ans et une manière unique de provoquer d’incroyables collisions entre le folk nord-américain et la musique médiévale, entre la mélodie pop et le jazz pointu, entre la chanson de tous les jours et le laboratoire des grandes révolutions musicales. Origin of Stars, son premier album sur No Format, présente une écriture mélodique parente de ses grandes aînées en même temps qu’une audace formelle qui fait se croiser les sources, les pratiques et les esthétiques musicales. Un peu comme une rencontre acoustique de Joni Mitchell et Björk…

Faut-il voir un présage dans son nom ? Elle se prénomme Kyrie, qui signifie « Seigneur » en grec et donne son nom à un chant sacré catholique et orthodoxe. Et le nom de Kristmanson, venu d’Islande, signifie « fils du chrétien ». Pourtant, son précédent album, autoproduit au Canada, s’appelle Pagan Love (littéralement, « amour païen »).

Son père est musicien et possède un studio à la maison. Chaque soir, c’est le rituel des chansons de papa pour endormir la petite fille, et très vite les disques de PJ Harvey, Sinead O’Connor, Daniel Lanois. Kyrie a vécu une enfance voyageuse après sa naissance à Ottawa : Montréal, Londres, le Nouveau-Brunswick, le Saskatchewan. Là-bas, en plein cœur de l’immensité canadienne, « l’hiver est extrêmement froid, l’été est extrêmement chaud et extrêmement sec. Je me suis demandée pourquoi les gens vivaient là et j’ai mis un moment à comprendre. En fait, la beauté des paysages est terrible. On est souvent, soi-même, le seul objet vertical dans un paysage totalement horizontal. On a le sentiment d’être nu et vulnérable mais on peut crier et chanter sans inhibition parce qu’il n’y a personne. On s’en inspire... »

Première guitare à neuf ans, première trompette à treize ans, premières chansons à quatorze ans, premier album autoproduit à seize-dix-sept ans… Elle se débat quand on dit qu’elle est précoce : « L’auteur met la chanson sur le papier mais ce n’est pas nécessairement lui qui l’a écrite. Une bonne chanson met des générations à surgir, elle existe avant le chanteur. Si l’on est un peu sensible, on peut sentir les gens et le monde et l’histoire, et tout concentrer dans trois minutes de chanson. Mais c’est seulement 10% du processus. »

Et d’où vient le reste ? Kyrie Kristmanson a un beau sourire. « J’ai l’impression qu’en Europe, on ne croit pas autant qu’au Canada aux fantômes. Toute notre histoire n’est pas concentrée, comme chez vous, dans de vieilles églises et de vieux châteaux, mais elle est dans le sol et dans la nature, sous forme d’une énergie brute. » C’est peut-être pour cela que ses chansons parlent si souvent de vent, de ciel, de nuit… Une sorte de folk médiumnique…

Elle saisit les spectateurs du Printemps de Bourges 2009, elle séduit Emily Loizeau qui l’invite à assurer ses premières parties, elle se prépare à déménager à Paris pour préparer à la Sorbonne une thèse universitaire sur les trobairitz (les femmes troubadours des XIIe et XIIIe siècles). Et Kyrie Kristmanson ne cesse de tourner, avec sa guitare trois quarts à la taille d’un enfant, ses drôles de chapeaux blancs à poils, sa trompette et ses chansons habitées par de très anciennes et très puissantes énergies.

Mercredi 17 Mars 2010 - 01:04



Nouveau commentaire :

sur cette page