Connectez-vous S'inscrire

L'ancienne star du X, Laure Sainclair, accuse son ex-compagnon de viol


Un homme de 47 ans qui s'est présenté au tribunal, jeudi, comme le "pygmalion" de son ex-compagne Laure Sainclair, est jugé devant les assises de la Gironde pour violences et viol, en 2005, sur celle qui fit une carrière dans la pornographie de 1996 à 1999.



L'ancienne star du X, Laure Sainclair, accuse son ex-compagnon de viol
L'ex-compagnon de l'ancienne star du X, Laure Sainclair, est jugé, depuis jeudi, devant les assises de la Gironde pour violences et viol, en 2005, sur celle dont il était l'agent et le compagnon dans la vie. A la barre, Laurence, véritable prénom de Laure Sainclair, a raconté sa rencontre en 1999 avec l'homme et leur collaboration professionnelle, lorsqu'elle effectuait des "galas de strip-tease" et avait enregistré deux chansons, après une carrière internationale dans le film pornographique (de 1996 à 1999). Leur relation a débuté en 2000.

Aujourd'hui brune, cheveux longs en cascade tombant sur son visage, elle a expliqué qu'à partir de 2002, "les choses se sont compliquées car il y avait moins d'argent, de galas, et la chanson c'était difficile". En juin 2004, elle porte plainte une première fois pour violences légères et menaces de mort réitérées. Puis de nouveau en août 2004, lorsqu'une gifle lui perfore le tympan.

Signature de contrats

"En 2005, il a été extrêmement violent et brutal", raconte-t-elle. Lors d'un week-end près de Bordeaux, l'accusé âgé de 47 ans aurait insisté pour la signature de contrats et lui aurait porté des coups, avant de la contraindre à une relation sexuelle. "Il a commencé par me mettre une baffe assez violente et je me suis réfugiée derrière le canapé. Il m'a tiré les cheveux et mis des coups de pied, puis m'a amenée dans la cuisine, m'a plaquée contre le mur en me disant : 'tu vas les signer les contrats'", raconte Laurence, d'un ton posé. "J'avais extrêmement peur puis (...) il m'a prise violemment", a-t-elle poursuivi. Elle signe ensuite les contrats à condition qu'il la laisse partir.

"Comment violer quelqu'un qui est avec moi?" se demande, pour sa part, l'accusé, grand, brun, cheveux courts, qui se présente comme son "pygmalion", ajoutant : "C'est pas les gifles qui lui ont fait signer le contrat". "Il ment, je maintiens les faits", affirme-t-elle. Cités par Sud-Ouest, les experts ont décrit un homme narcissique, "très porté par une image idéale de lui". A 39 ans, Laurence vit aujourd'hui avec un homme handicapé, avec lequel elle dit n'avoir "pas de relation sexuelle". Le verdict est attendu ce vendredi.

Vendredi 3 Février 2012 - 15:46



Nouveau commentaire :

sur cette page