Connectez-vous S'inscrire

LUDO PIN - "Le Temps Nous Dira"

Sortie digitale le 17 mai 2010




LUDO PIN - "Le Temps Nous Dira"
Sur l’image du nouvel EP, Ludo Pin regarde avec plus de hauteur, les tours qui – il y a peu encore – lui bouffaient les mots. Alors on sent comme un courant d’air, un doux vertige, quelque chose qui dans le rythme s’accélère et pousse à croire que le jeune homme a le vent dans le dos.

Son premier album, porté par le titre « 3 secondes », parait fin 2008 et rencontre les oreilles attentives du public, de la presse, des radios. Douze chansons qui laissaient le champ libre aux possibles et dessinaient déjà les contours d’un style, d’une pensée et d’une voix. Très vite après, il se met à écrire d’autres textes, où les mots semblent encore nous arriver le souffle coupé ; avec ce léger sourire aux lèvres qui n’est pas celui de l’ironie et du cynisme ambiants, mais bien celui du faux calme pour qui il est hors de question de faire semblant d’y croire.

Pour ce deuxième projet, Ludo Pin s’entoure de talents féminins. L’exigence musicale et la finesse de Benedicte Schmitt plane sur tous les titres du Maxi. On croise aussi Ariane Moffatt, qui chante et coréalise avec eux le morceau « Il est probable que », sur lequel elle partage l’incertitude de cet entre-deux générationnel… Ce n’est plus seulement l’angoisse des lendemains qui ne chantent pas, ni l’affreuse désillusion, mais plutôt ce refrain qui oscille entre l’espoir fou et la mélancolie.

Sur le nouvel opus comme sur le précédent, beaucoup de phrases se conjuguent au conditionnel. Les « si » appellent le rêve, n’accusent personne, invitent seulement à bousculer ce qui trop souvent reste figé. Les mots sont percussions, la poésie est brute mais pas brutale, pour l’interprétation et les associations d’idées, confiance est faite à ceux qui entendent.

Bénédicte Schmitt est de ceux là. Déjà coréalisatrice du premier album, elle fut cette fois plus présente, laissant le temps au temps, amassant puis élaguant la matière dans « son » Labomatic, cherchant la cohérence d’un son, l’identité pleine.

« Le temps nous dira » donne à entendre une voix plus dense, certainement mise en confiance par les nombreuses scènes écumées dans la dernière tournée. Certains « on » furent remplacés par des « je », mais le propos oscille toujours avec mystère entre l’échelle secrète et intouchable de l’intime, et celle, plus grande, du monde autour.

En réponse au dogme, à l’habitude, à l’impossible qui n’est pas musique, Ludo Pin se met en mouvement, déplace nos champs de visions et tape du pied pour la danse. Comme si ce « droit chemin » dont il nous parle, était celui le plus court, le plus rieur, le plus sûr.

Vendredi 14 Mai 2010 - 13:03



Nouveau commentaire :

sur cette page