Connectez-vous S'inscrire

La Compilation du Baron !


Sortie physique : le 2 novembre
Soirée de lancement le 6 novembre au Virgin Megastore des Champs Elysées.



La Compilation du Baron !
Le Baron fête ses 5 ans et sort, pour l'occasion, sa 1ère compilation ! Un double CD de 33 titres pour vivre chez vous l'ambiance d'une nuit entière dans le club le plus connu de la capitale.

Glissez le premier disque dans votre platine et vous passez la porte du Baron, ll est 23 heures. Derrière les rideaux rouges vous découvrez d'abord l ambiance feutrée des lieux sur « Je suis snob » de Boris Vian et « Requiem pour un con » de Gainsbourg. Progressivement le rythme s'accélère, vous reconnaissez les classiques" Tu Vuo Fà l'americano" de Renato Carosone et "Veridis Quo" de Daft Punk ...

Il est deux heures c'est le moment de changer de disque, la fête bat son plein, ce sont maintenant des titres plus up-tempo qui vous entrainent sur la piste. Vous dansez jusqu'à l'aube sur "Lisztomania" des Phoenix, "Stand on the word" de Keedz, "Laisse tomber les filles" de France Gall ou encore " Into The Galaxy" des Midnight Juggernauts...

Le 14 octobre 2004, un petit club privé du huitième arrondissement entrouvre ses portes. Dans le « Baron » et son décor de boudoir rougeoyant, Sébastien Tellier croone derrière le piano à queue. Seuls quelques initiés ont été prévenus… En quelques semaines seulement, le petit cabaret révolutionne la fête à Paris, son nom est susurré par toutes les bouches, les stars underground affluent. C’est un véritable succès !

« Le Baron », c’est d’abord l’idée d’un duo d’amis. Lionel, marseillais d’origine, est à l’époque l’imprimeur des boîtes de nuit parisiennes. Un soir, au Pulp, il rencontre l'artiste André, célèbre graffitteur, et c’est le coup de foudre amical. Mais où se regrouper entre copains artistes, musiciens, icônes, dans cette capitale à la fête triste? En 2002, Lionel et André organisent une petite soirée autour d'un concert et d'un dj set d’amis qu’ils baptisent « La Johnson ». Concerts rock, muses excentriques et sons pointus : la nuit subtile et intense ressuscite enfin!

Les noctambules alertés par le bouche à oreille se précipitent : en deux ans, la petite fête entre amis devient un rendez-vous incontournable de la nuit parisienne. Lionel et André ont alors l’idée d’ouvrir un club intime pour recevoir leurs amis, un endroit comme il n’en existe pas, où l’on se sente chez soi.

Ils choisissent « le Baron », ancien bar à hôtesses aux murs de velours, rideaux à paillettes, tableaux de dames dénudées. Des copains s’improvisent DJs. Choc thermique sur la piste où l’on danse sur les Rolling Stones, Benny Goodman, Gang of Four et Lio ! Personne n’avait encore jamais osé !

Les branchés se défoulent : galipettes sur la moquette, concours de pelles dans les couloirs, philosophie dans le boudoir …alors que le live était mort, d’incroyables musiciens se produisent par centaines. Aujourd’hui au Baron, ne vous étonnez pas si Beth Ditto vocalise sous les yeux de Jamie Hince et Kate Moss, si MGMT fait des impros ou si Bjork fait un bœuf !

La bande de copains est aujourd’hui devenue « la Clique », véritable famille, qui prend ses quartiers à Miami pendant Art Basel, à Cannes durant le Festival, à la fashion week de New-York… D’autres clubs ont depuis vu le jour : le Paris Paris, et Chez Moune, le Baron de Tokyo et le Beatrice Inn à New York.

Le Baron fête aujourd’hui ses cinq ans et sort pour l’occasion une compilation. Elle retrace les choix inspirés et éclectiques du DJ en chef Greg Boust, pilier depuis le début de l'aventure, dénicheur de pépites et de morceaux oubliés. Avec sa crête multicolore, il nous fait twister sur “Laisse tomber les filles”, planer sur «Into the Galaxy » ou s’étreindre sur « Love will tear us apart. »…

Lionel et André diraient que les habitués de leur club sont des gens qui ont des choses à raconter. Aujourd’hui la compilation du Baron partage avec vous l’histoire d’un club unique.

Samedi 10 Octobre 2009 - 13:06



Nouveau commentaire :

sur cette page