Connectez-vous S'inscrire

La France ne protège pas ses enfants de la misère


En France aujourd'hui, 30% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont des enfants. ATD Quart Monde rendra publiques ce samedi 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, les conclusions d'un mémoire adressé au chef de l'Etat, qui démontre que la misère empêche les enfants d'habiter avec les autres, d'apprendre avec les autres et même parfois de garder des liens avec leurs familles.



Le Mouvement ATD Quart Monde rappelle que la Convention internationale des Droits de l’enfant - dont c'est le 20ème anniversaire cette année – s'élève contre toute discrimination entre les enfants. La France n’est pas exemplaire en ce domaine. Le Comité International des Droits de l'Enfant (ONU) vient de le souligner.

Ce 17 Octobre 2009 dans toute la France et dans le monde, des milliers d’enfants et d’adultes vivant la misère se rassembleront avec d’autres défenseurs des droits de l’homme pour rappeler que la misère est une atteinte aux Droits de l'Homme. A Paris, au Trocadéro, avec ATD Quart Monde, des centaines d'enfants et des adultes seront rejoints par de nombreuses personnalités comme Anne Roumanoff, Stéphane Hessel, Martin Hirsch, Dominique Versini, Pierre Saglio des associations (Amnesty International, Secours Catholique, réseau Alerte, etc.) des organisations syndicales et patronales, des partis politiques et les représentants des grandes religions, etc.

ATD Quart Monde rendra publiques ce samedi les conclusions d'un mémoire adressé au chef de l'Etat. Il appelle le gouvernement, les élus et les citoyens à des choix politiques et citoyens pour qu’aucun enfant ne soit condamné à vivre dans la misère.

En France aujourd'hui 30% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont des enfants.

En France aujourd'hui, 300 000 enfants vivent dans l’errance, d’hôtels en hébergements d’urgence... Ce n'est pas une vie: il faut avoir un « chez soi », habiter un quartier pour grandir.

· La loi DALO I (Droit au logement opposable) montre que le recours permet de redonner la priorité aux familles mal logées. Elle fait apparaitre les besoins urgents de logement sociaux abordables. Le Comité International des Droits de l’Enfant et ATD Quart Monde affirment qu'il est urgent d’enclencher la loi DALO II pour lancer la construction en nombre des logements abordables pour les familles pauvres et faire de ce défi une priorité nationale pour toutes les collectivités locales et les citoyens.

En France aujourd'hui 130 000 adolescents sortent de l’école sans diplôme ni formation. Massivement les enfants qui échouent à l’école viennent des milieux populaires et de la grande pauvreté. Le nombre d’enfants sortant de CM2 ne maitrisant pas les connaissances de base augmente (Tableau de bord, rapport gouvernemental au Parlement octobre 2009). Sans formation, ils courent le risque de vivre à leur tour la précarité. Le Comité International des Droits de l’Enfant dénonce la « stigmatisation » dans les médias et à l’école des enfants vivant dans la pauvreté.

Une étude de l'OCDE souligne que la France n'est qu'au 17ème rang sur 24 dans la lutte contre le
harcèlement.

· Une des raisons majeures de l'échec à l’école est la stigmatisation et les propos discriminatoires que subissent les enfants des milieux les plus démunis. Un enfant ne peut pas apprendre s'il est ridiculisé, s'il ne peut poser une question, s’il est persuadé que tout le monde va se moquer de lui et que les adultes vont laisser faire. ATD Quart Monde appelle chacun à lutter contre la discrimination et demande que la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) se saisisse de cette forme de discrimination.

En France aujourd'hui 150 000 enfants sont séparés de leur famille. La majorité sont des enfants pauvres. Le plus souvent pris en charge par l'Aide sociale à l’enfance, ils n’ont pas toujours le droit de voir leurs parents seuls, ni d'avoir un contact avec eux. Le comité de l’ONU affirme combien il est essentiel que les enfants puissent garder des liens avec leur famille. Les conséquences à long terme de cette séparation sont indélébiles.

· ATD Quart Monde demande que soient multipliées les alternatives au placement, que soient généralisées les formations mutuelles entre professionnels et parents défavorisés pour mieux se reconnaître et dépasser les préjugés. Les enfants ont besoin que les adultes se respectent entre eux.

Jeudi 15 Octobre 2009 - 19:19



Nouveau commentaire :

sur cette page