Connectez-vous S'inscrire

La France peine à produire des fictions télé




Dans bon nombre de pays, les fiction locales se développent de plus en plus et commencent à faire de l’ombre aux séries américaines, rapporte une étude Nota (Médiamétrie-IMCA) sur les tendances télé internationales. Un constat qui ne s’applique cependant pas à la France, qui enregistre un retard au niveau de la production de fictions télé.

Ainsi, la série australienne “The Slap” s’exporte au Royaume-Uni et sera bientôt diffusée au Portugal, en Grèce, en Turquie et en Europe de l’Est ; en Espagne, “Gran Hotel” a réuni en moyenne 3,7 millions de téléspectateurs et glané une part d’audience de 20% sur Antena 3. Des réussites nationales qui sont plus rares en France, malgré le fait, que “les téléspectateurs du monde entier cherchent aujourd’hui davantage de proximité” , soulignent Julia Espérance, consultante Média à Eurodata TV Worldwide, et Valentin Tual, consultant Média à IMCA (International Media Consultants Associés).

Mises à part quelques productions comme “Les Borgia” ou encore “Braquo” sur Canal+, “Plus belle la vie” sur France 3, “Scènes de ménages” sur M6, la France s’avère moins performantes que les autres pays. “Nous regrettons toujours l’absence de la France dans la production de fictions industrielles. Quand on fait un feuilleton ici, on en fait sept ou huit en Allemagne” , observe Pascal Josèphe, président de l’agence de conseil en audiovisuel IMCA, relayé par La Tribune.

Les chaînes de télévision françaises tergiverseraient-elles trop? En tous cas, les projets peinent à se concrétiser. Rémy Pflimlin, président de France Télévisions, avait par exemple annoncé au début de son mandat en 2010, que le groupe public produirait un grand feuilleton quotidien, rappelle le quotidien économique. Deux ans plus tard le format du programme n’a toujours pas été défini.

Jeudi 19 Janvier 2012 - 19:17



Nouveau commentaire :

sur cette page