Connectez-vous S'inscrire

Laurent Ruquier est entré en campagne électorale




Pour sa chronique médias dans la “Nouvelle Edition” sur Canal +, Anne-Elizabeth Lemoine rencontrait vendredi Laurent Ruquier, un animateur gâté par Rémy Pfimlin, le PDG de France Télévisions. En effet, il peut se réjouir : sur France 2, il est le seul à pouvoir recevoir des invités politiques dans son émission de divertissement (“On n’est pas couché”), pendant la campagne présidentielle. Pourtant, l’animateur se moque gentiment des règles sur le temps de parole depuis quelques semaines (le 7 janvier dernier, il a placé un compteur géant sur le plateau lors de l’émission avec François Bayrou) et dit ce qu’il pense: “Et ben oui, ce que l’on peut reprocher au temps de parole, c’est ça : que tout soit en fonction des sondages. C’est ça qui est peut être un poil anti démocratique, parce que au fond, donner du temps de parole en fonction des sondages, c’est empêcher certains peut être d’avoir de meilleurs sondages. C’est juste ça.” déclare t-il.

Tous les candidats ou leurs représentants participeront à son émission. François Hollande refuse d’y aller depuis cinq ans, et ne changera pas d’avis pour la présidentielle. Ruquier ajoute: “On sait depuis plusieurs mois que François Hollande ne viendra que si Nicolas Sarkozy vient. Et d’ailleurs il a tout à fait raison parce qu’il veut se mettre à la hauteur du président.” Mais a priori, le Président ne viendra pas, même si ce serait un “joli coup” pour l’animateur remarque Anne-Elizabeth Lemoine.
Marine Le Pen devrait, elle, être bien présente dans l’émission le 18 février prochain. Laurent Ruquier tient d’ailleurs à préciser qu’il n’a “jamais eu aucun problème à l’idée de recevoir Marine Le Pen dans le cadre d’une campagne électorale parce que c’est la démocratie et qu’elle a le droit au même temps de parole.” Mais attention, avant la campagne il n’avait pas de raison de l’inviter et souhaite “dédramatiser” la prochaine rencontre.

Interviewé sur ses préférences politiques, Ruquier avoue avoir voté pour Ségolène Royal en 2007 mais n’a jamais fait partie de ses soutiens ! Il le précise: "Il y a une différence entre dire “Moi je vote” et inciter les autres personnes à faire la même chose"

D’ailleurs, il l’avoue franchement, il ne sait pas pour qui il votera en avril prochain. Un soulagement, tout de même, il avait dit ne pas vouloir voter pour DSK, plus de casse-tête à ce sujet là !

Lundi 13 Février 2012 - 16:04



Nouveau commentaire :

sur cette page