Connectez-vous S'inscrire

Le château de Malbrouck roule pour Robert Doisneau


Le château de Malbrouck à Manderen propose pour sa prochaine exposition une présentation exceptionnelle de l’œuvre de l’une des grandes figures de la photographie, Robert Doisneau (1912-1994), du 10 avril au 28 août 2011.



Le château de Malbrouck à Manderen, site du Conseil général de la Moselle classé Monument historique, propose pour sa prochaine exposition une présentation exceptionnelle de l’oeuvre de l’une des grandes figures de la photographie, Robert Doisneau (1912-1994). Durant toute sa carrière, il a posé un oeil attentif au monde qui l’entoure utilisant la lumière comme matière première : des pavés de Paris aux mines de Lorraine, des galeries des théâtres au désert de Californie. Son oeuvre est aujourd’hui mondialement connue. Pour lui, la photographie est un art du multiple, qui s’oppose à l’objet de l’art pensé comme une oeuvre unique.

Plus de 300 photographies composent une approche inédite - véritable rétrospective de l’auteur du Baiser de l’Hôtel de Ville. Dans un parcours à la fois thématique et chronologique, l’exposition montre certes les clichés qui ont fait le tour de la planète, mais également d’autres aspects du travail du photographe, ceux-là probablement moins connus… : des portraits d’artistes (poètes, écrivains, comédiens, etc : Pablo Picasso, Niki de Saint Phalle, Jacques Prévert, Sacha Guitry, Sabine Azéma, -son égérie-, Tati, Robert Schuman, l’Abbé Pierre …), des commandes réalisées pour la presse avec des reportages pour Life, Vogue… ou encore des photographies prises au coeur des cités minières de Lorraine pour La Vie Ouvrière… On retrouve également les premières scènes d’enfants, le Paris des années 1940-1960, des paysages de la campagne française ou de cette banlieue parisienne habitée par des « gueules » ou des gens ordinaires,… mais aussi des photographies étonnantes en couleur de Palm Springs (Etats-Unis) datant de 1960 et dont la modernité surprend les visiteurs qui découvrent bien là tout le génie de la palette de Robert Doisneau.

C’était à la fois un photographe humaniste mais également l’auteur d’un travail plastique inattendu. Tout au long du parcours d’exposition, on peut redécouvrir (ou découvrir) ce photographe qui dispose d’une totale liberté vis à vis du médium qu’il triture et retravaille jusqu’à obtenir l’image parfaite. Au sujet de Doisneau Philippe Claudel qui signe la préface du catalogue qui accompagne l’exposition, Robert Doisneau, Les frères, rue du Docteur Lecène, Paris, 1934 écrit : « En me promenant dans son univers, je pourrais dire : chez lui, je suis chez moi. J’y suis comme dans une maison dont je connaîtrais l’odeur, la lumière, les fantômes, les mémoires et les murs. J’y entre et j’y retrouve tout ce que j’aime, tout ce qui me parle, me constitue, me fait rêver, m’enchante. Et c’est bien cette parenté, cette familiarité qui m’émeut dans tout son travail, même lorsque celui-ci était le fruit de commandes. »

Dans une scénographie qui habite les moindres recoins, passages et tours de l’imposant château de Malbrouck, joyau d’architecture médiévale situé à proximité des frontières du Luxembourg et de l’Allemagne, l’exposition Robert Doisneau permet de marcher dans les pas de l’un des photographes français les plus célèbres.

Mercredi 16 Mars 2011 - 16:30



Nouveau commentaire :

sur cette page