Connectez-vous S'inscrire

Le "french", c'est chic en musique




Si des Qubcois francophones choisissent de chanter en anglais, il arrive aussi d'autres Canadiens de chanter dans la langue de Molire. Ainsi de ces deux artistes originaires de l'Ontario (500 000 francophones pour 12 millions d'habitants) : Damien Robitaille et Andrea Lindsay.

Le premier, laurat du prix Flix-Leclerc 2010 pour son album plein de swing, Homme autonome, est anglophone par sa mre. "Dans mon enfance, on coutait Soldat Louis et Michel Rivard, par exemple. Puis mon pre est dcd. A l'adolescence, je ne parlais et ne chantais plus qu'en anglais et me destinais tudier Toronto." Damien se rapproprie le franais en travaillant dans une radio communautaire locale. "J'ai fait le choix de dfendre cette culture et de vivre Montral. Renoncer ma part franaise aurait signifi perdre la moiti de ce que j'tais."
Le "french", c'est chic en musique

DR

La Canado-Amricaine, Martha Wainwright, a repris rcemment Piaf.

Pour Andrea Lindsay, elle aussi enfant d'une ville de l'Ontario, l'aventure est diffrente. Anglophone de naissance, elle se prparait tre jeune fille au pair en Allemagne. Un voyage touristique l'amne en France, o elle reste deux ans durant lesquels elle dcouvre Brassens, Gainsbourg et les yys. Installe Montral "pour continuer vivre en franais", Andrea Lindsay a conquis un large public, sduit par les chansons classieuses et lettres de son disque Les sentinelles dorment. "Je me sens bien dans cette langue, le champ lexical est complexe et enrichissant. J'ai l'impression d'tre Andrea au pays des Merveilles." Son dernier CD a reu le Juno (quivalent des Victoires de la musique au Canada) du meilleur album francophone en 2010.

Mercredi 25 Août 2010 - 13:06



Nouveau commentaire :

sur cette page