Connectez-vous S'inscrire

Le grand retour de THE CONGOS


Plus de trente ans après le fabuleux « Heart of the Congos », classé parmi les dix meilleurs albums reggae de tous les temps, les Congos, Cedric Myton, Ashanti Roy et Watty Nurnett, retrouvent Lee « Scratch » Perry en Jamaique pour enregistrer leur dernier album très justement nommé « Back in the Black Ark ».



Le grand retour de THE CONGOS
En fait l’histoire des Congos a failli s’arrêter après le succès de cet album mythique ; le groupe s’est effectivement séparé au début des années 80 pour ne se reformer qu’en 2006, et cette histoire a décidément des similitudes avec celles de Lee Perry puisque c’est aussi à cette époque qu’a pris feu son studio, le fameux Black Ark, et qu’il a quitté la Jamaique après avoir bâti une part extrêmement importante de l’histoire du reggae en créant le dub et en lançant parallèlement la carrière de Bob Marley, excusez du peu.

Depuis leur reformation un album, « Swinging Bridge » est déjà venu marquer leur retour sur la scène du reggae, mais c’est justement sur scène que les Congos ont pu prouver que le groupe est plus vivant que jamais, n’ayant cesse de tourner et de participer notamment aux plus grands festivals d’Europe tel que Dour, Roskilde, Summerjam, Rototom Sunsplash.

Bref le temps était venu de retourner en studio et de poser une nouvelle pierre dans l’histoire du reggae. « Back in the Black Ark » commence avec l’enregistrement d’une reprise, « Chain Gang » de Sam Cooke, chanson parlant de la souffrance de prisonniers utilisés comme des esclaves, une histoire des plus poignante pour des jamaïcains. Les treize autres titres de l’album ont également chacun leur anecdote, mais ce sont certainement ceux où Lee Perry a posé sa voix qui représentent vraiment l’ambiance qui régnait au studio pendant les sessions, « Spider Woman » et « Garden of Life », puisqu’ils ont quasiment été composés en live et joués directement par les musiciens. C’est ça la Jamaïque !

Bien sûr il ne faut pas oublier des chansons magnifiques dans la plus pure ligne des harmonies vocales qui ont fait la réputation des Congos comme « Celestial World », « Old Time Friend » ou « Charriots » où la voix de Watty prend toute sa dimension. Au final un album qui prouvera que les Congos maîtrisent toujours un reggae roots original qui saura autant séduire les afficionados qu’étonner les non initiés.

En tournée dans toute l’Europe jusqu’au 30 novembre

Mardi 17 Novembre 2009 - 00:00



Nouveau commentaire :

sur cette page